4 min de lecture La revue de presse

Présidentielle 2017 : François Fillon s'essaie au "damage control" pour sauver sa campagne

REPLAY - À travers sa conférence de presse du 6 février, François Fillon s'est prêté à l'exercice du "damage control", dans une dernière tentative de sauver sa candidature à l'élection présidentielle.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
La Revue de Presse du 07 février 2017 Crédit Image : AFP / Martin Bureau | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

C'est une procédure qui nous vient de la marine américaine :  le "damage control", ou en français le contrôle des dommages. Un exercice qui consiste à faire, dans la marine, la réparation immédiate des avaries les plus graves afin de maintenir le bateau à flot, le temps d'arriver jusqu'au port et pouvoir finir les réparations. La formule magique a traversé l'Atlantique dans le domaine des secours aux blessés et c'est le Figaro, dans ses pages sciences, qui s'y intéresse, à l'occasion du salon Secours Expo qui se tient en ce moment à Paris. Le damage control a envahi depuis quelques mois tous les services de secours d'urgences de France, du Samu aux sapeurs pompiers. Il consiste ici à se limiter à stabiliser un blessé grave sur le champ, sans chercher à soigner ses lésions, pour ensuite le transporter plus vite vers un hôpital. Les chances de survie sont en général multipliées par cinq. 

Le concept a fait ses preuves lors des derniers attentats a fait ses preuves lors des derniers attentats : on ne soignait pas les blessés, on stoppait leurs hémorragies, et surtout on empêchait leur refroidissement, un point capital du damage control. Pourquoi l'apparition systématique des couvertures de survie ? Simplement parce qu'un patient blessé a froid et que pour chaque degré perdu en dessous des 37 habituels, la coagulation du sang diminue de 10%, et l'hémorragie reprend.

En politique, le damage control par les excuses

"Il aura donc fallu que François Fillon ait le couteau sous la gorge pour que le fauve blessé redevienne animal politique et fasse son opération contrition", note Philippe Marcacci dans L'Est Républicain, qui salue un changement de stratégie maîtrisé. Plaider l'erreur, la regretter, s'excuser, avancer que rien n'était illégal. À défaut d'être complet, l'argumentaire se voulait précis. "C'était plutôt habile sur la forme", reconnaît aussi Laurent Joffrin dans Libération, "mais, ajoute-t-il, le plaidoyer n'apporte pas de fait nouveau. Le message principal délivré s'adresse à son propre camp :vous pouvez faire ce que vous voulez, je reste". "Il a fait la démonstration de sa détermination intacte", se réjouit Alexis Brézet dans les colonnes du Figaro, qui choisit de mettre en une la phrase de François Fillon : "Je suis debout". "Le plan B, c'est moi", titre pour sa part Le Parisien-Aujourd'hui en France.
 
"François Fillon a tiré l'échelle à tous ceux qui rêvaient de grimper aux barreaux pour l'en faire dégringoler", ironise pour sa part Jean-Louis Hervois, de La Charente Libre. "Le putsch a fait pschitt", titre Les Dernières Nouvelles d'Alsace, avec l'édito de Didier Rose, qui  croit voir les notes de Fillon marquées des mots de Saint-Just : "Quiconque, après une sédition, aborde le peuple avec franchise et lui promet l'impunité, l'épouvante et le rassure, plaint ses malheurs et le flatte, celui-là est roi." Dans Ouest France, Michel Urvoy préconise d'attendre :"C'est seulement dans les jours à venir que l'on verra s'il est parvenu à maîtriser l'incendie". 

Une légende s'en est allée

Le journal L'Équipe consacre une double page au décès de Joost Van der Westhuizen, le légendaire demi de mêlée sud africain, champion du monde en 1995 avec les Springboks. Il avait 45 ans. Il a succombé aux complications dues à la maladie de Charcot, une maladie neuro-dégénérative rare qui a emporté, il y a deux ans, un autre joueur de la même sélection : Tinus Linee à seulement 39 ans. Deux autres Springboks de la génération 1995 ont eux aussi été frappés très jeunes par des maladies graves. Ainsi, Ruben Kruger a été emporté à 39 ans par une tumeur au cerveau en 2010. André Venter lui est pour l'instant encore en vie, mais souffre d'une myélite transverse, une inflammation très rare de la moelle épinière qui le cloue dans un fauteuil. Pourquoi autant de joueurs sud-africains touchés ? "C'est une énigme, dit un neurologue français, "on sait qu'il y a plus de cas de maladie de Charcot chez les sportifs, c'est très net dans le football américain. Tout le monde a eu la tentation de l'expliquer par le dopage, mais on n'a jamais réussi à le prouver." Il reste donc deux autres pistes : les chocs répétés à la tête, qui provoqueraient des dommages incontrôlables, et les pesticides sur les pelouses.

À lire aussi
Le coronavirus est-il un tue l'amour ? coronavirus
Le coronavirus est-il un tue l'amour ?

Dans Le Parisien, Abdelatif Benazzi, l'ancien capitaine des Bleus, dit avoir vu, à l'époque de 1995, des comportements chez les Sud-africains qui laissaient imaginer des choses. "S'il était confirmé que ces joueurs étaient dopés, dit-il, je me demanderais si cela vaut le coup de sacrifier sa vie pour un titre de champion du monde..."

Chez Macron, changement de ton

C'est le journal L'Opinion qui l'a remarqué : lors de son meeting de samedi à Lyon, Emmanuel Macron n'avait plus la même voix. Finies les escalades pittoresques dans les aigus, exit les hurlements exaltés. Les Lyonnais ont eu droit a du grave, du profond, pour ne pas dire du caverneux. Mezzo voce sans aller jusqu'au fortissimo. Et pour cause, le candidat à la présidentielle s'est adjoint, depuis quelques jours, les services de Jean-Philippe Lafont, un baryton toulousain qui a chanté sur les plus grandes scènes du monde et dont le répertoire va de Don Quichotte à Otello. L'homme est également un ancien soutien de Nicolas Sarkozy, ayant notamment été aux côtés de l'homme politique en 2012. Pour contrôler les dommages des cordes vocales, rien de tel qu'un  baryton qui a changé de voie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La revue de presse François Fillon Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants