1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Pourquoi le taux de pauvreté stagne malgré la reprise économique
1 min de lecture

Pourquoi le taux de pauvreté stagne malgré la reprise économique

ÉCLAIRAGE - Selon l'Insee, 14% de la population française vivait sous le seuil de pauvreté en France en 2017, un niveau similaire à celui de l'année précédente.

Une personne sans-abri à Lyon en janvier 2017 (illustration).
Une personne sans-abri à Lyon en janvier 2017 (illustration).
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou
Journaliste

Il y a toujours autant de pauvres en France. C'est ce que confirme une note de l'Insee publiée le 11 octobre : 14% de la population française vivait en dessous du seuil de pauvreté en 2017, un chiffre qui stagne par rapport à l'année précédente. Et pourtant, la situation économique s’améliore en France, avec une reprise de la croissance économique et une baisse du chômage.

Comment expliquer ce paradoxe ? Tout d'abord, pour comprendre pourquoi le taux de pauvreté reste désespérément stable, il faut savoir qu'il reste une mesure relative. Vous êtes considéré comme pauvre si vous gagnez moins de 60% du revenu médian.

Or, comme globalement les revenus augmentent, c’est mathématique : les pauvres sont relativement "plus riches" qu’avant. La barre de la misère est donc placée plus haut, mais le nombre de personnes en-dessous reste le même.

Ainsi, en 2006, une personne vivait sous le seuil de pauvreté en gagnant moins de 880 euros par mois. 10 ans plus tard, dans une société qui s’est enrichie, être pauvre, c’est gagner moins de 1.026 euros par mois.

Les créations d'emplois n'ont pas suffi

À lire aussi

Mais dans un contexte de reprise économique, cela n'explique pas pourquoi les pauvres restent aussi pauvres. En réalité, si le taux de pauvreté stagne, c'est aussi parce que les créations d’emploi n’ont pas suffi.

Il y a certes moins de chômeurs, donc en théorie moins de situations de pauvreté. Mais pour ceux qui sont toujours en difficulté, il a fallu subir la baisse des aides aux logements (APL). De ce fait, l’écart entre les personnes les plus pauvres et celles qui sont juste un peu au-dessus financièrement s’est creusé.

Ce qui est assez étonnant, c'est que ce phénomène est dû à une baisse d’impôts décidée par François Hollande. Ceux qui étaient juste à la limite du seuil de pauvreté et qui payaient des impôts ont eu une ristourne. Ils ont donc gagné en pouvoir d’achat et leur niveau de vie a légèrement augmenté, creusant du même coup les inégalités.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/