2 min de lecture Société

Pornographie : bientôt une première "charte déontologique" du X

Dorcel, l’un des principaux producteurs de films pornographiques en France, travaille à la rédaction d’une "première charte déontologique pour les productions X françaises", notamment pour lutter contre le harcèlement et les agressions sexuelles.

L'URL d'un site pornographique
L'URL d'un site pornographique
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Un secteur qui n’a pas échappé aux affaires de harcèlement et d’agressions sexuelles prend les devants. Une "première charte déontologique pour les productions X françaises" est à l’étude, a annoncé la société Dorcel, l’un des principaux producteurs de porno en France. Pour ce faire, l’actrice Liza del Sierra, aujourd’hui réalisatrice et productrice, est en charge de cette mission. Elle est épaulée par Alexandre Duclos, un sociologue de l’université de Paris 1, et un avocat spécialiste des droits des actrices porno, Me Matthieu Cordelier. 

Cette équipe devra auditionner une cinquantaine de professionnels, parmi lesquels, des acteurs et actrices, médecins et associations, mais aussi des membres de l’équipe technique comme les preneurs de son et les maquilleuses. Ils évoqueront la santé physique et psychologique, le cadre juridique, le respect de la dignité humaine ou les questions de diffusion des images. Cette formation vise le premier trimestre 2021 pour élaborer une charte rédigée qui sera proposée à toute la profession. 

Une "chance" de réformer l'industrie X

"Il y a trop d'affaires qui sortent, de jeunes filles qui portent plainte pour viol, des techniciens à bout de nerfs...", a déclaré Liza del Serra à l'AFP, qui considère que cette charte est "une chance (de se réformer) pour un milieu qui n'a pas d'association, ni de syndicat". Selon la direction de Dorcel, "des progrès concernant nos modes de production" sont encore attendus pour l'ensemble de cette industrie, a-t-elle reconnu dans un communiqué. 

De multiples témoignages d’agressions sexuelles et de viols ont égratigné l’image de la profession, notamment après l’ouverture d’une enquête sur certaines vidéos diffusées par le site Jacquie et Michel. En octobre dernier, le réalisateur et producteur surnommé "Pascal OP" a été mis en examen avec trois autres personnes dans le cadre d’une affaire de "viol, proxénétisme aggravé et traite d’être humain aggravée". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Pornographie Cinéma
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants