2 min de lecture Environnement

Pesticides : le gouvernement propose une distance minimale de 5 à 10 mètres

Le gouvernement va mettre en place une distance minimale entre les champs traités avec des pesticides et les habitations. Une distance de 5 à 10 mètres, très loin des 150 mètres réclamés par des maires et associations.

Stéphanie Loire RTL Petit Matin Weekend Stéphanie Loire iTunes RSS
>
Pesticides : le gouvernement propose une distance minimale de 5 à 10 mètres Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Marion Ferrère
et AFP

La lutte contre les pesticides avance doucement. Pour protéger les riverains, le gouvernement va proposer de fixer à 5 ou 10 mètres, selon le type de culture, la distance minimale entre les habitations et les zones d'épandage de produits phytosanitaires. "Le gouvernement va soumettre à consultation lundi un projet de décret qui part des recommandations scientifiques de l'Agence nationale de sécurité sanitaire" (Anses), a indiqué ce samedi 7 septembre un porte-parole du ministère de l'Agriculture.

Les distances proposées dans ce projet seront de 5 mètres pour les cultures dites basses comme les légumes et de 10 mètres pour les cultures hautes, telles que les céréales. Les recommandations publiées à la fin du mois de juin par l'Anses évoquaient déjà des distances de sécurité de 3, 5 et 10 mètres, selon le type de culture. 

Cette consultation va durer 3 semaines et le gouvernement tranchera en "octobre-novembre", a complété le porte-parole. Ces règles concernant l'élaboration de chartes et de distances minimales à respecter pour l'épandage des pesticides "vont figurer dans des textes qui entreront en application au 1er janvier 2020", a ajouté Matignon. 

Une distance insuffisante selon certains maires

Cette mesure ne satisfait pas l'ensemble des personnes concernées puisque la distance minimales est nettement inférieure à celle réclamée par certains maires. Des élus de tous bords politiques ont multiplié récemment des arrêtés anti-pesticides un peu partout en France après la suspension très médiatisée de celui du maire de Langouët en Bretagne, Daniel Cueff. 

À lire aussi
La station de ski de Porté-Puymorens, dans les Pyrénées-Orientales, le 16 novembre 2019. environnement
Neige et réchauffement climatique : quel avenir pour les stations de ski ?

M. Cueff a pris le 18 mai un arrêté interdisant l'utilisation de produits phytopharmaceutiques "à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d'habitation ou professionnel". Ce texte a été suspendu mardi par le tribunal administratif de Rennes

Contacté par RTL, M. Cueff estime que cette mesure n'améliorera pas la situation : "Cela ne protège en rien les populations parce que quand le pesticide rentre dans le sol, la plante ou les poussières, il repart dans l'air au bout d'un jour ou deux. C'est ça ce que les gens respirent et la seule façon pour que cela diminue est qu'il y ait une distance de 150 mètres minimum".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Pesticides Mesure
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants