1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pension de famille de la Fondation abbé Pierre, "un tremplin" pour redémarrer
1 min de lecture

Pension de famille de la Fondation abbé Pierre, "un tremplin" pour redémarrer

INVITÉS RTL - Vendredi 22 décembre, M6 diffusera un documentaire sur une pension de famille de la Fondation Abbé Pierre. Régine, la gérante, et Hugues, un pensionnaire, expliquent l’importance d’une telle Fondation.

Un portrait de l'abbé Pierre affiché aux 60 ans de l'anniversaire d'Emmaüs, le 30 octobre 2009 au Zénith de Paris
Un portrait de l'abbé Pierre affiché aux 60 ans de l'anniversaire d'Emmaüs, le 30 octobre 2009 au Zénith de Paris
Crédit : SIPA
Pension de famille de la Fondation abbé Pierre : "un tremplin" pour redémarrer
07:20
micros
La rédaction numérique de RTL

Régine tient une pension de famille de la Fondation abbé Pïerre. À Woippy (Moselle), elle recueille des personnes comme Hugues, l’un des résidents. Ils apparaissent dans le documentaire Rire pour un toit, proposé par Mélissa Theuriau sur M6, vendredi 22 novembre.

Ce documentaire conte l’histoire de plusieurs naufragés de la vie qui luttent pour un toit. "C’était des personnes 'incasables'. Elles ne sont pas en capacité d’occuper un logement autonome pendant cette période de leur vie."

Hugues a 59 ans. Il est arrivé à la Fondation abbé Pierre après plusieurs échecs. "Le seul endroit où je me sentais bien". Il arrivait d’un hôpital, à la suite d’une lourde dépression. Là-bas il a repris goût à la vie. "J’étais chauffeur de camion. J’avais un appartement, une copine. J’avais tout." Une séparation et le décès de ses parents l’ont désorienté. "Grâce à la fondation je me suis remis en question et je fais plein de choses. Je me sens bien." 

Chaque personne qui vit dans la maison donne de son temps pour accomplir des tâches quotidiennes. Des activités qui sortent les pensionnaires de leur solitude.

"Une entrée de secours"

Il fait partie de ceux que Régine appelle les "héros". "Je tiens à ce terme de héros. Quand on n’a pas été aimé enfant, comment on peut survivre au fait de pas être estimé ou considéré ? La pension de famille est une entrée de secours pour ces personnes."

À Woippy, ce sont 14 personnes qui ont emprunté cette entrée de secours. "Les personnes qui arrivent ont perdu tous leurs repères. Pour eux, ce n’était plus une obligation de manger le midi, de s’habiller pour rencontrer les autres…" Ceux qui tiennent ces pensions se définissent comme des facilitateurs de vie pour redonner un cadre. Un cadre qui fait office de "tremplin", pour permettre à ces naufragés de reprendre pied dans la vie.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/