1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Parité dans les écoles : comment s'organisent les cours de récréation "égalitaires" ?
1 min de lecture

Parité dans les écoles : comment s'organisent les cours de récréation "égalitaires" ?

Alors que 20% des garçons occupent 80 à 90% des cours de récréation, des établissements décident de redessiner les espaces des écoles afin d'être moins excluants.

Des collégiens dans la cour de récréation (illustration)
Des collégiens dans la cour de récréation (illustration)
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Comment les cours d'école deviennent-elles égalitaires ?
03:21
Sophie Aurenche - édité par Théo Putavy

Les cours de récréation tendent à se réaménager pour laisser autant de place aux filles qu'aux garçons. C'est en tout cas le choix de certaines communes estimant que les espaces sont mal répartis. 

Le problème n'est pas nouveau. Des chercheurs se sont penchés sur le sujet depuis près de 40 ans. Plusieurs rapports, dont un de l’UNICEF en 2018, arrivent à la même conclusion : 20% des garçons occupent 80 à 90% de la cour de récréation.  Le terrain de foot au milieu, les filles qui ont peur de traverser la cour pour ne pas se prendre un ballon sur la tête… Elles n’ont plus de place pour jouer, elles se sentent exclues et sont reléguées dans les coins. 

Dessinées ainsi, les cours de récré induisent l’idée que les garçons dominent et sont au centre, alors que les filles sont à la périphérie. Un sexisme intégré dès l’enfance avec forcément des conséquences dans leur vie d’adulte, le couple ou le travail. Ce n’est donc pas anodin. 

Pour changer les choses, il faut parler de cours « égalitaires », plutôt que « dé-genrés », qui est un mot connoté, un concept d’origine américaine pas très compréhensible. Puis, il faut mettre tout le monde autour de la table. C’est ce que fait le cabinet « l’AROBE » qui accompagne des nombreuses collectivités. 

Des initiatives partout en France

À lire aussi

Grenoble ou Lyon ont enlevé une cage de foot. Il faut aussi citer le Haillan près de Bordeaux, Trappes, la Gironde et ses 12 nouveaux collèges, la Couronne près d’Angoulême, Rennes...


Le terrain de jeux a été décentré, avec des coins plus intimes et plus calmes, des jardins, des petits bosses pour grimper et courir, des tables de ping-pong, des pelouses, des petits jardins... Pas de rose ou de bleu mais du violet ou du jaune.

Les lignes bougent, surtout depuis les municipales. Les cours perdent leur rapport de domination, libérées des stéréotypes de genre, mieux partagées, pour mieux vivre ensemble. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/