4 min de lecture Écologie

Paris : téléphérique, voies piétonnes... À quoi la capitale ressemblera-t-elle en 2021 ?

INFOGRAPHIE - Les projets pour une capitale et une région davantage tournées vers l'écologie foisonnent et prennent de l'ampleur depuis plusieurs mois. Tour d'horizon de ce qui attend les Franciliens.

Visuel du projet de téléphérique francilien prévu pour 2021 par la région Île-de-France
Visuel du projet de téléphérique francilien prévu pour 2021 par la région Île-de-France Crédit : Stif
Philippe Peyre
Philippe Peyre

Voies sur berges piétonnes, arrivée du téléphérique en 2021, baignade écolo au lac Daumesnil en 2019... La liste des projets pour un Grand Paris plus propre et tourné vers l'écologie s'allonge. Et pour cause, les signaux d'alerte en matière de qualité de l'air ne cessent de se multiplier : 1,5 million de Franciliens sont exposés à des niveaux de pollution élevés (AirParif, avril 2016) et 6.600 personnes décèdent chaque année dans la métropole du Grand Paris à cause de la pollution (Santé publique France, juin 2016).

Face à ces chiffres inquiétants, la mairie de Paris, sous l'impulsion d'Anne Hidalgo, ne lésine pas pour trouver des solutions et imaginer une ville assainie. Fin 2014, l'édile socialiste a lancé la compétition "Réinventer Paris". Une opération qui invitait les opérateurs privés (promoteurs, architectes...) à imaginer comment réhabiliter 23 sites emblématiques de la capitale en respectant une condition stricte : offrir 26.300 mètres carrés d'espaces verts. De quoi donner un peu plus d'air à la capitale. 

Réinventer pour mieux respirer, c'est aussi le message transmis au travers du projet de réhabilitation de sept places de la ville (Italie, Nation, Gambetta, Bastille, Panthéon, Madeleine et Place des Fêtes). Un projet qui, si l'on en croit la mairie de Paris, offrira 50% d'espace en plus aux piétons et aux cyclistes "en réduisant la circulation des voitures à maximum quatre files contre huit aujourd'hui constatées sur certaines places". 30 millions d'euros devraient suffire à financer ces chantiers alors que le réaménagement de la place de la République avait coûté 24 millions d'euros en 2013. Les chantiers doivent commencer début 2017 pour se terminer en 2021.

Carte des projets pour le futur Grand Paris
Carte des projets pour le futur Grand Paris Crédit : Thibault Mazoufre / RTL.fr

La région Île-de-France s'engage

Du côté de la région Île-de-France, on note également des efforts en termes de lutte contre la pollution. En mars 2016, le Conseil régional d'Île-de-France a annoncé consacrer une enveloppe de 235 millions d'euros pour la création de "100 quartiers innovants et écologiques en Île-de-France". L’objectif est, selon la Région, "d’accompagner les collectivités qui s'engagent dans la construction de logements (...) tout en diminuant l’empreinte écologique des villes". La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 15 septembre.

À lire aussi
Julien Bayou, porte-parole EELV politique
Succession à la tête d'EELV : la motion de Julien Bayou largement en tête

Autre nouveauté : un téléphérique urbain ! C'est Valérie Pécresse, la présidente LR de la région, qui en a eu l'idée. "Le transport par câble est propre, silencieux, régulier ; il coûte beaucoup moins cher que le tramway, prend deux fois moins de temps à installer, franchit les obstacles et offre une capacité de 5.000 voyageurs par heure et par sens, sans attente, avec un temps de parcours garanti. Qui dit mieux ?", a-t-elle déclaré au Journal du Dimanche, le 11 septembre. Seul inconvénient : le budget de la région ne lui permet que de développer le téléphérique urbain sur trois sites. Ils devraient voir le jour d'ici 2021 pour un coût total de 120 millions d'euros

Visuel du projet de téléphérique francilien prévu pour 2021 par la région Île-de-France
Visuel du projet de téléphérique francilien prévu pour 2021 par la région Île-de-France Crédit : Stif

Des projets contestés

Un dossier nettement plus controversé a resurgi sur le devant de la scène médiatique francilienne, en septembre 2016. La piétonnisation de la voie express Georges-Pompidou, rive droite, sur 3,3 km. Une mesure vivement souhaitée par Anne Hidalgo qui a reçu un avis défavorable de la commission d'enquête publique au mois d'août et qui ne cesse d'être décriée par l'opposition et les maires des communes voisines de la capitale. Cependant, avec l'accord du préfet de Paris, Michel Cadot, et celui du président de la Métropole du Grand Paris, Patrick Ollier, une phase de test devrait être mise en place pour six mois. Le groupe Les Républicains est monté au créneau contre cette décision, arguant que la fermeture de voies à la circulation n'est pas suffisante pour réduire la pollution. Des professionnels de la santé respiratoire franciliens ont, eux, répliqué dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche, indiquant que cette mesure était "utile à la préservation de la santé de tous".

Autre projet controversé : celui de créer une vaste zone de baignade dans le lac Daumesnil (XIIème) à l'été 2019 pour un coût annuel de maintenance estimé à 450.000 euros. L'idée, qui s'inscrit dans le plan "Nager à Paris" de la maire socialiste, avait déjà été évoquée en février 2014 et avait essuyé de nombreuses critiques, notamment des maires des communes avoisinantes. Bien déterminée à mener son projet au bout, Anne Hidalgo proposera, les 26, 27 et 28 septembre une délibération visant à instituer une aire de "baignade écologique" de 8.000 mètres carrés, publique et gratuite.

Tous ces projets montrent que la mairie de Paris, la région Île-de-France et la Métropole du Grand Paris, marchent main dans la main pour trouver les moyens de lutter contre la pollution mais aussi pour rendre la vie plus agréable aux Franciliens.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Grand Paris Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants