1 min de lecture Société

Paris : entre 1.000 et 2.000 manifestants ont défilé contre les plans sociaux

Samedi, entre 1.000 et 2.000 personnes ont défilé à Paris à l'initiative de la CGT du voyagiste Tui. L'agence prévoit de supprimer 600 postes en France.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Paris : entre 1.000 et 2.000 manifestants ont défilé contre les plans sociaux Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP | Crédit Média : Valentin Boissay | Durée : | Date : La page de l'émission
Valentin Boissais
Valentin Boissais édité par Florise Vaubien

Entre 1.000 et 2.000 personnes ont défilé dans les rues de la capitale ce samedi 23 janvier, pour réclamer l'interdiction des licenciements à l'initiative de la CGT du voyagiste Tui, numéro un mondial du tourisme. L'agence prévoit de supprimer 600 postes sur 900 en France. Parmi les pancartes, "Nous sommes des procureurs", pouvait-on lire en référence aux propos d'Emmanuel Macron. 

Des dizaines de syndicats, de branches et d'entreprises touchés par des plans sociaux se sont joints à la manifestation. Quelques Gilets jaunes et des élus de gauche, notamment Jean Luc-Mélenchon, ont également rejoint le cortège. Une manifestation relativement calme qui a débuté avec un discours du chef des Insoumis : un discours improvisé sur le toit d'une camionnette dans lequel il s'en ai pris au patronat et au gouvernement. 

"Il y a énormément de victimes"

Dans le cortège, plusieurs plans sociaux étaient représentés. Renault, Total, Sanofi ou encore SKF et un constat commun : difficile de se faire entendre avec l'épidémie de Covid-19. C'est l'avis de Christopher, bientôt licencié, avec 150 collègues de l'entreprise SKF. "Le Covid a bon dos puisque nous, nous avons toujours travaillé durant cette période", déplore le manifestant. 

L'appel initial vient du voyagiste Tui France : selon Stéphane, délégué CGT, l'objectif était de s'unir aux autres plans sociaux pour peser. "Depuis hier, on reçoit des lettres de licenciement. Il y a énormément de victimes, il n'y a pas que nous !", explique-t-il. "Pour un petit syndicat d'entreprise comme nous, on ne s'attendait pas à voir autant de monde", ajoute le délégué. "Il y en a marre ! Il faut qu'on organise la révolte", lance-t-il. 

À lire aussi
Chômage
Assurance-chômage : ces mesures qui ne devraient finalement pas figurer dans la réforme

La manifestation s'est terminée avant le couvre-feu mais les syndicats ont donné rendez-vous le 4 février prochain pour une journée de grève interprofessionnelle et nationale. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Tourisme Entreprises
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants