1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Classement des Samu : qui sont les bons et mauvais élèves en France ?
2 min de lecture

Classement des Samu : qui sont les bons et mauvais élèves en France ?

Sur l'année 2016, quelque 4,6 millions d'appels n'ont pas été pris en charge par les centres d'appels du Samu, selon une enquête du "Point". Avec des résultats très divers selon les départements.

Le centre d'appels du Samu du Val-de-Marne (illustration).
Le centre d'appels du Samu du Val-de-Marne (illustration).
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau

"Chaque appel compte, chaque seconde compte". Si le slogan du Samu mise sur une prise en charge rapide, dans les faits, le constat est bien différent alors que 4,6 millions de coups de téléphone au centre de réception et de régulation du Samu n'ont pas obtenu de réponse au cours de l'année 2016.

En effet, sur les 29,2 millions d’appels passés aux 101 centres, seulement 24,6 millions ont réussi à avoir une personne physique au bout du fil. L'information est révélée par Le Point, qui publie ce mercredi 22 août une enquête complète sur le Samu, quatre mois après la mort de Naomi Musenga, une jeune Strasbourgeoise qui avait été moquée par son interlocutrice.

La rédaction vous recommande

Le problème est réel alors que la majorité des Samu ne parviennent pas à répondre aux objectifs fixés. Selon la base de données de la statistique annuelle des établissements de santé (SAE), le taux de réponse aux appels est seulement de 84%.

Orléans et Verdun, les bons élèves

Un pourcentage qui chute considérablement si l'on prend également en compte les réponses dans la minute, comme cela doit normalement être le cas. Seulement deux centres d'appels y parviennent en France : ils se trouvent à Orléans et Verdun. 

À écouter aussi

Deux villes qui occupent donc le haut du classement à l'inverse de Pointe-à-Pitre, de Paris ou encore de Perpignan, le trio qui ferme la marche. Dans la capitale par exemple, un appel sur deux abouti à une discussion avec une personne physique alors que seulement 36,14% des appels sont pris en charge dans la minute. Soit 253.000 patients qui sont restés sans réponse en 2016.

Entre manque de moyens, manque de personnels et une organisation à revoir, les centres d'appels ne nient pas les faits et appellent à faire évoluer la prise en charge. Et face à ce constat accablant, certains professionnels n'hésitent pas à pousser un coup de gueule afin que ces chiffres ne soient qu'un vieux souvenir dans les années à venir. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/