1 min de lecture Hôtellerie

"On nous a enterrés" : la colère des précaires de l'hôtellerie et de l'événementiel

Le collectif des précaires de l'hôtellerie-restauration et de l'événementiel a manifesté sa colère ce mercredi 10 juin place de la Concorde, à Paris.

>
"On nous a enterrés" : la colère des précaires de l'hôtellerie et de l'événementiel Crédit Image : Anais Bouisson/RTL | Crédit Média : Anaïs Bouissou | Durée : | Date :
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Youen Tanguy

Un cercueil exhibé place de la Concorde : c'est une image choc que l'on pouvait découvrir ce mercredi 10 juin dans la matinée, censée représenter le drame de la crise économique à venir. Le collectif des précaires de l'hôtellerie-restauration et de l'événementiel, sans revenus depuis plusieurs mois, a crié son désespoir sur cette place parisienne. 

En silence, l'air grave, ils ont tour à tour placé leur nom dans un cercueil. "On a placé un cercueil (...) parce qu'on nous a enterrés, déplore Ahcène, représentant du collectif. C'est un désastre social qui se déroule dans le pays. On est les oubliés de la République. 

Les précaires de l'hôtellerie-restauration et de l'événementiel demandent les mêmes droits que les intermittents du spectacle, à savoir une année blanche pour bénéficier, eux aussi, des droits au chômage. 

Samuel dénonce cette différence de prise en charge qu'il juge "injuste". "On sauve 120.000 personnes et on laisse crever 2,2 millions de personnes, dit-il. Emmanuel Macron a menti quand il disait qu'il n'oublierait personne". "Il y a urgence, disent-ils. Sauvez-nous". Les droits au chômage s'épuisent et les offres d'emploi restent rares.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôtellerie Restauration Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants