1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. "On est en direct" : "la justice ne se rend pas à la télé ni sur les réseaux sociaux", rappelle Alain Jakubowicz

"On est en direct" : "la justice ne se rend pas à la télé ni sur les réseaux sociaux", rappelle Alain Jakubowicz

Sur le plateau de Laurent Ruquier, Alain Jakubowicz est revenu sur son expérience en tant qu'avocat de Nordahl Lelandais.

Alain Jakubowicz en 2014 (Archives)
Alain Jakubowicz en 2014 (Archives)
Crédit : PIERRE VERDY / AFP
Gaétan Trillat
Journaliste

Habitué à défendre plutôt des victimes, comme dans les procès de Klaus Barbie ou encore Maurice Papon, Alain Jakubowicz est actuellement l'avocat de Nordahl Lelandais, condamné  le 11 mai à 20 ans de réclusion pour le meurtre du caporal Arthur Noyer et qui doit aussi être jugé pour celui de la petite Maëlys de Araujo. Invité de l'émission "On est en direct" sur France 2, présentée par Laurent Ruquier, l'avocat est revenu sur ces affaires extrêmement médiatisées.

Pour Alain Jakubowicz, "il y a une certaine presse qui pollue la justice", par exemple en invitant des témoins à la télévision avant qu'ils ne témoignent à la barre ou en "avançant des vérités péremptoires, qui ne sont pas prouvées". "La justice se rend dans les palais de justice. Elle ne se rend pas sur les plateaux de télévision et les réseaux sociaux", a-t-il asséné, visant particulièrement les chaînes d'info en continu.

Il a reconnu avoir accepté de reprendre l'affaire à un moment où il était persuadé de l'innocence de Nordahl Lelandais. "Un péché d'orgueil de l'avocat" qui veut avoir raison seul contre tous, a-t-il dit. Mais il n'a pas envisagé de quitter son client lorsque celui-ci a finalement reconnu sa culpabilité. "Je ne confonds jamais l’auteur ou la victime. Simplement, quand je suis aux côtés de l’auteur présumé, j’y mets toutes mes tripes d’avocat."

Nordahl Lelandais n'a pas fait appel de sa condamnation dans l'affaire du caporal Noyer. En 2022, il sera jugé pour le meurtre de Maëlys commis en août 2017. Il avait avoué avoir tué l'enfant et avait conduit la police à l'endroit où il avait dissimulé son corps en février 2018.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/