1 min de lecture Vidéo

"Nuit Debout" : "À force de parler pour ne rien dire, on finit par frapper pour rien", dénonce Éric Zemmour

REPLAY / BILLET - Les violences en marge des cortèges du 1er mai se sont répandues et aggravées place de la République, autour de "Nuit Debout". L'État prend des mesures de répression, et le mouvement semble dépassé.

debat On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL
>
"Nuit Debout" : "À force de parler pour ne rien dire, on finit par frapper pour rien", dénonce Éric Zemmour Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Eric Zemmour
Éric Zemmour et Loïc Farge

"Le rêve est passé. Le rêve des médiacrates de gauche qui voulaient tellement rejouer le Mai 68 de leur jeunesse. Le rêve des enfants de profs, des diplômés prolétarisés, des intermittents du spectacles précarisés", analyse Éric Zemmour. Il poursuit : "Qui sème le vent récolte la tempête. Qui sème le sectarisme récolte la violence. Qui crache sur les philosophes finit par sortir les barres de fer (...) À force de parler pour ne rien dire, on finit par frapper pour rien".

À ses yeux, "la faiblesse de l’État sous Hollande s’est révélé être un redoutable piège". Selon le journaliste, "le laxisme des autorités socialistes les a poussées à la faute, a révélé leur vraie nature".
 
"Pour ce genre de mouvements protestataires, il est deux manières de mourir", décrypte Éric Zemmour. "Perdre sa spontanéité ou perdre son innocence". Il prédit que "Nuit Debout va poursuivre sa route chaotique, mais comme un canard sans tête". Il conclut : "Nuit Debout est coulé. Nuit Debout est couché. Étendu raide. Il bouge encore, mais c'est le spasme des cadavres".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo Polémique Nuit Debout
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants