1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Nouvelle vidéo choc de L214 : Louis Schweitzer fait part de son "dégoût"
1 min de lecture

Nouvelle vidéo choc de L214 : Louis Schweitzer fait part de son "dégoût"

INVITÉ RTL - L214 a révélé une nouvelle vidéo choc ce mercredi 19 février, montrant des veaux maltraités. Louis Schweitzer, président de la Fondation Droit Animal, évoque les mesures qu'il faudrait prendre pour le bien-être animal.

Louis Schweitzer, président de la Fondation Droit Animal sur les conditions d'abattage en France : "Il y a eu beaucoup de progrès, mais il y a encore beaucoup à faire."
Louis Schweitzer, président de la Fondation Droit Animal sur les conditions d'abattage en France : "Il y a eu beaucoup de progrès, mais il y a encore beaucoup à faire."
Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
Louis Schweitzer était l'invité de RTL
11:24
Louis Schweitzer était l'invité de RTL du jeudi 20 février 2020
11:24
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura - édité par Sarah Belien

L214 a encore sévit. L'association luttant contre la maltraitance animal a diffusé une nouvelle vidéo choc démontrant les conditions désastreuses dans lesquelles des veaux sont abattus dans l'abattoir de Sobeval en Dordogne. Ce qui inspire de "l’inquiétude" et du "dégoût" à Louis Schweitzer, président de la Fondation Droit Animal et auteur du livre Faut-il arrêter de manger de la viande ? (Éd. Pour les Nuls).

L'ancien PDG de Renault cite ensuite son grand oncle Albert Schweitzer, prix Nobel de la paix 1952 : "Les conditions d'abattage ne sont pas le reflet de l'inconscience des gens, c'est le reflet de l'exigence économique et de la pression qu'ils subissent," explique-t-il. Pour Louis Schweitzer, les vidéos en abattoir sont nécessaires, "à la fois pour améliorer les conditions de vie des animaux et les conditions de vie des gens".

Spécialiste du bien-être animal, le président de Droit Animal, au même titre que L214, demande "à ce que tous les animaux soient étourdis," déclare-t-il. Mais également que tous les animaux soient abattus, de façon rituelle ou pas, de manière à ce qu'ils meurent "sans stress et sans souffrance inutile".

Les surveillances et contrôles actuels "sont insuffisants et à renforcer", préconise Louis Schweitzer. "Il faut des conditions de vie qui permettent de traiter les animaux de façon humaine," ajoute-t-il. Et étendre les caméras de vidéosurveillance est un bon moyen pour faire appliquer cette règle et la contrôler.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/