2 min de lecture Incendie à Notre-Dame

Notre-Dame de Paris : pourquoi la pluie menace la cathédrale

Fragilisée par l'incendie, la cathédrale Notre-Dame de Paris court à présent un autre danger : la pluie menace ses voûtes apparentes.

Un filet protège désormais les rosaces de Notre-Dame de Paris
Un filet protège désormais les rosaces de Notre-Dame de Paris Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
WP_20170503_044%5b2535%5d
Joanna Wadel
et AFP

Si l'incendie qui a ravagé la cathédrale est à présent éteint, Notre-Dame de Paris demeure vulnérable. Une nouvelle menace plane sur l'édifice fragilisé, dont la toiture effondrée laisse les voûtes en proie aux intempéries. Interrogé ce mardi matin sur BFMTV, Christophe Villemain, spécialiste dans la restauration de monuments historiques, a fait part de son inquiétude : selon l'expert, d’éventuelles averses pourraient entraîner l’effondrement des voûtes

Comme le rappelle le président d'une entreprise de restauration, l'étendue des dommages infligés aux maçonneries n'a pas encore été évaluée. En attendant que l’échafaudage, vestige des travaux en cours avant l'incendie, ne soit retiré - soit environ un mois selon Christophe Villemain - l'ouvrage architectural "dégarni" doit donc être protégé. 

Car si la partie creuse des voûtes - appelée "reins"- venait à se remplir d'eau, ces dernières pourraient s'écrouler. 

Les travaux de bâchage ont débuté

Une situation d'autant plus alarmante que le temps orageux laisse poindre une pluie imminente sur la capitale. Par conséquent, le spécialiste préconise que la zone à risque soit recouverte d'une bâche "provisoire", et recommande d'installer "un système de pompage", afin d'évacuer l'eau des "reins de voûtes" et éviter toute déformation qui fragiliserait la pierre. 

À lire aussi
La mosquée de Bayonne, le 28 octobre mosquée
Les infos de 18h - Bayonne : le suspect voulait "venger la destruction de la cathédrale de Paris"

Les travaux de bâchage ont débuté ce mardi. Selon le responsable de la communication de la cathédrale, André Finot, ils devraient "commencer par le chœur", pour ensuite atteindre la nef de la cathédrale. Les dégradations et les affaissements qu'est susceptible de causer le ruissellement de l'eau sur l'édifice et les œuvres qui s'y trouvent encore sont redoutés, alors que d'importantes quantités d'eau ont déjà été déversées dans le monument par les pompiers pour éteindre l'incendie géant du 15 avril. 

Un "parapluie" protégera le bâtiment la durée des travaux

Comme c'est le cas dans ce type de chantiers, une sorte d'immense "parapluie" doit être installé afin de protéger le bâtiment des intempéries de façon permanente, le temps pour les ouvriers d'effectuer les travaux de reconstruction. Cette installation pourrait prendre des semaines. Par ailleurs, un filet de protection a déjà été installé sur les rosaces pour protéger les passants d'éventuels éclats de vitraux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Incendie à Notre-Dame Notre-Dame de Paris Cathédrale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants