1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Notre-Dame-des-Landes : trois associations dénoncent des contre-vérités
1 min de lecture

Notre-Dame-des-Landes : trois associations dénoncent des contre-vérités

Alors que le gouvernement rendra son rapport sur le projet d'aéroport à la fin du mois, trois associations locales favorables au projet de nouvel aéroport mettent en cause le travail des experts.

Une marche des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 21 octobre 2017
Une marche des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 21 octobre 2017
Crédit : AFP / Loïc Venance
Notre-Dame-des-Landes : trois associations dénoncent des contre-vérités
01:12
Patrice Gabard & La rédaction numérique de RTL

Les jours sont comptés. Le gouvernement doit rendre son rapport sur le projet d'aéroport en Loire-Atlantique avant la fin du mois de janvier. Quelques jours avant la date butoir, trois associations partisanes du projet se rendent à Paris, ce mercredi 10 janvier, pour faire entendre leur voix et dénoncer des contre-vérités et manipulations que contient, selon elles, le rapport rédigé par les experts.

Pour ces associations, le coût du réaménagement de l'aéroport de Nantes est largement sous-estimé par les médiateurs. Selon elles, les 350 millions d'euros de pénalité que le concessionnaire AGO est en droit de réclamer sont oubliés dans le calcul global, à l'instar du montant de la perte d'exploitation et des achats de terrain et expropriations nécessaires pour l'extension de la piste vers le sud. 

Selon les calculs de ces défenseurs de Notre-Dame-des-Landes, la facture serait alors proche du milliard d'euros avec ces éléments supplémentaires. Un chiffre représentant le double de celui avancé par les médiateurs. Dans le viseur des associations également, le plan d'exposition au bruit, consistant en une nouvelle procédure d'atterrissage, réduisant le nombre d'habitants touchés, particulièrement à Nantes.

Les défenseurs du transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes hésitent à parler de "forfaiture", qui constitue un crime en droit public, lorsque les médiateurs avancent la durée de deux ans pour solder la procédure d'un hypothétique réaménagement de l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique. 

À lire aussi

À titre de comparaison, 15 ans ont été nécessaires pour mettre en oeuvre la procédure de Notre-Dame-des-Landes, avec la situation actuelle que l'on connaît. Pour les associations, un réaménagement se traduirait inéluctablement par une nouvelle enquête publique, des procédures d'appel d'offres, la colère des riverains et de probables actions en justice.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/