2 min de lecture Médecins

Noémie, Juliette et Mathias vont retrouver leurs parents soignants après 49 jours de séparation

"C'est trop triste parce qu'on n'a pas nos parents", explique la petite Juliette, 6 ans. Mais dans quatre jours, elle va retrouver sa mère Virginie, soignante à pied d'oeuvre depuis le début de l'épidémie.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Noémie, Juliette et Mathias vont retrouver leurs parents soignants après 49 jours de séparation Crédit Image : Patrice Gabard - RTL | Crédit Média : Patrice Gabard | Durée : | Date : La page de l'émission
Patrice Gabard édité par Camille Sarazin

Pour beaucoup de personnes confinées hors de leur domicile principal, l'heure du retour à la maison est proche. C'est le cas pour les enfants de soignants, dont les parents sont actuellement au front pour lutter contre le coronavirus. Leur papa est médecin réanimateur à l’hôpital Béclère à Clamart et la maman directrice d’Ehpad dans la région Parisienne.

Bientôt deux mois que Noémie, Juliette et Mathias sont gardés par leurs grands-parents à La Baule (Loire-Atlantique) et les retrouvailles dans quelques jours s'annoncent émouvantes. 

Sur la crédence en ardoise de la cuisine, ils inscrivent à la craie jour après jour leur propre compte à rebours. Ce lundi 4 mai, J-4 avant de revoir Virginie leur mère qui viendra les récupérer en voiture direction Clamart, en région parisienne. "On l'attend avec impatience parce que ça fait deux mois qu'on l'a pas vue et deux mois sans parents ça commence à être long", explique le petit Mathias, 10 ans. "Rien que de revoir les parents, ça sera un déconfinement pour moi."

"Tout va redémarrer donc ça sera bizarre de retourner à l'école, d'avoir le cartable sur le dos, mais c'est vrai que ça va être aussi un grand plaisir parce qu'on va revoir nos amis", continue-t-il. Noémie, sa soeur de 13 ans, coche également les cases sur son agenda : "Ça va être la libération pour moi."

"Rien n'est tragique"

À lire aussi
épidémie
Coronavirus : quel est le calendrier potentiel du déconfinement ?

"Le jour où Macron a annoncé 15 jours de plus, j'ai fondu en sanglots", confesse l'adolescente. "Ils ont pleuré tous les trois et du coup nous aussi", confirme la grand-mère. Isabelle Parmentier serre ses trois petits-enfants dans ses bras et c'est sur le visage de la petite Juliette, 6 ans, que de nouvelles larmes apparaissent : "C'est trop triste parce qu'on n'a pas nos parents", explique-t-elle.

"Rien n'est tragique, on n'a pas été malades", tempère la grand-mère. "Mais c'était tellement insolite et inédit." Chaque soir, les trois enfants participent aux applaudissements pour féliciter les soignants, et donc aussi leurs parents.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médecins Épidémie Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants