1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. VIDÉO - Naissance : quel parent choisit le prénom ?
1 min de lecture

VIDÉO - Naissance : quel parent choisit le prénom ?

Les Français sont-ils satisfaits de leur prénom ? C’est le cas, dans la grande majorité, selon une étude qui explique aussi qu'en cas de litige sur le choix d'un prénom, les pères n'obtiendraient que rarement gain de cause.

Un bébé de six mois dans une maternité (illustration)
Un bébé de six mois dans une maternité (illustration)
Crédit : DIDIER PALLAGES / AFP
Naissance d'un choix : quel parent choisit le prénom ?
00:02:44
M6

C’est un choix qui ne nous revient pas : celui de son prénom. Et lorsque les parents ne sont pas d’accord, une récente étude (Viavoice pour Léon de Bruxelles) tend à montrer que c’est généralement la maman qui a le dernier mot. 

Ainsi, 14% des Français affirment que c'est la mère, seule, qui décide du prénom. Seulement 2% pensent que le choix revient au père, mais la très grande majorité des Français déclarent que les deux parents choisissent ensemble. 
 
Les principaux intéressés sont d’ailleurs souvent contents du choix. Neuf Français sur dix disent aimer leur prénom, même s’il leur arrivent parfois d'en jouer. 15% des Français avouent avoir déjà donné un faux prénom en soirée ou dans d'autres contextes pour ne pas dévoiler trop vite leur identité.
 
Qu'est-ce qui influence le choix du prénom ? La famille arrive en tête avec 53%, suivie des origines géographiques, puis des références cinématographiques, télévisuelles, musicales, sportives, littéraires… Enfin, beaucoup de parents prennent aussi en compte le caractère associé au prénom. Un tiers des Français pense en effet que leur prénom a une influence sur leur personnalité.

Des prénoms de plus en plus originaux

Il y a un siècle, une fille sur cinq s'appelait Marie. Aujourd'hui, Louise, l'un des prénoms les plus donnés, ne représente qu’une petite fille sur 100. Dans leur quête d'originalité, certains parents peuvent aussi choisir un prénom répandu mais en modifiant son orthographe. Par exemple : Elizabeth avec un “z” ou encore Jule sans ”s”. 
 
Depuis la loi de 1993, une plus grande liberté est accordée aux parents, la seule limite étant l'intérêt de l'enfant. Dernièrement, en Bretagne, le prénom Liam pour un petite fille a été refusé par l'état civil pour "confusion de genre". D’ailleurs, on peut changer de prénom, mais il faut une raison légitime.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire