1 min de lecture

Mois sans alcool annulé : "Macron a écouté le lobby du vin", estime Michel Reynaud

INVITÉ RTL - Le Professeur Michel Reynaud, psychiatre addictologue et président du Fonds Actions Addictions, déplore la décision d'Emmanuel Macron d'annuler le mois sans alcool qui consiste à ne pas boire en janvier après les fêtes.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Mois sans alcool annulé : "Macron a écouté le lobby du vin", estime Michel Reynaud Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Cassandre Jeannin

Janvier devait être un mois sans alcool mais il n'en sera rien. Le "dry january" est un concept venu d'Angleterre dont l'idée est de ne pas boire d'alcool après les fêtes. "Le président a décidé qu'il n'y en aurait pas", rappelle le Professeur Michel Reynaud, président du Fonds Actions Addictions. 

"C'est insupportable pour tous ceux qui ont travaillé dessus, les services de Santé publique France et du ministère et pour tous les professionnels de la prévention et du soin qui savent que c'est une mesure efficace. On fait très attention à éviter toutes les mesures efficaces pendant ce quinquennat", alors "qu'on sait que ça aurait dû marcher", déplore le psychiatre.

Sur les 14 pays qui ont mis en place la campagne, "à 6 mois ceux qui ont fait le mois sans alcool boivent un verre de moins par jour", en moyenne, selon l'addictologue. 

Emmanuel Macron a-t-il cédé au lobby ?

"Nous préférons centrer notre communication autour des repaires de consommation sur les populations à risque", a commenté le cabinet d'Agnès Buzyn, la ministre de la Santé. "Elle pédale dans la choucroute, elle essaye de se sortir d'une situation impossible car très clairement la procédure était en marche", réagit le Professeur Michel Reynaud. 

"Depuis le début Emmanuel Macron a dit qu'il défendrait la viticulture et il a systématiquement écouté le lobby du vin", constate le médecin. Il appelle donc le président à le recevoir afin de discuter sur les dommages cachés de l'alcool, comme les violences faites aux femmes

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants