1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Médicaments : ce qui pourrait changer dans la grille de remboursement
2 min de lecture

Médicaments : ce qui pourrait changer dans la grille de remboursement

ÉCLAIRAGE - Le ministère de la Santé pourrait modifier la grille de remboursement des médicaments. Un changement dans le but de réduire le déficit de la Sécurité Sociale.

Des médicaments (illustration)
Des médicaments (illustration)
Crédit : AFP / JEAN-PIERRE MULLER
Médicaments : ce qui pourrait changer dans la grille de remboursement
01:11
Bénédicte Tassart & Valentin Chatelier

La grille de remboursement des médicaments pourrait bien être modifiée. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a en effet confié une mission à une experte reconnue : réfléchir à des pistes afin de réduire le déficit de la Sécurité sociale.

Cet objectif pourrait ainsi concerner le remboursement des médicaments. Actuellement, il existe trois taux de remboursement : 60%, 30% et 15%. Il n'y a plus de vignette sur le médicament pour le préciser. Mais le taux est précisé au dos de l’ordonnance, à l'endroit où le pharmacien imprime le ticket. 

La suppression du taux à 15% ?

Ce système pourrait bien disparaître. Comme le rapportent Les Échos, le taux à 15% pourrait être supprimé. Les médicaments qui sont jusque-là remboursés à ce taux et dont l'efficacité est jugée faible ne seraient alors plus remboursés. C'est le cas du Gaviscon dans les anti-acides, de l'Eryacné dans les anti-acnéiques, du Feldene pour les rhumatismes, ou encore du Valium dans la famille des tranquillisants.

"Rembourser à 15% ça n'a pas de sens, ça trompe le client, ça laisse penser que c'est un petit peu efficace alors que ce sont des produits dont l'efficacité n'est pas prouvée", a fait remarquer sur RTL Béatrice Majnoni, économiste de la santé.

Vers un taux de remboursement unique ?

À lire aussi

Dans le rapport, Dominique Polton propose également un taux unique de remboursement, contre trois aujourd'hui, dont le montant n'est pas encore fixé. De son côté, Béatrice Majnoni estime que cette mesure serait "très injuste", les prix variant beaucoup. "Si un médicament est efficace il faut bien rembourser, si son efficacité n'est pas prouvée il ne faut pas le rembourser", a-t-elle résumé. Le ministère des Affaires sociales doit regarder le dossier de plus près le mois prochain.

Des précisions le 8 septembre

Et si ce rapport fait débat, les propositions ne seront pas adoptées du jour au lendemain alors que dans la pratique cela nécessite de reclasser certains médicaments. Des précisions sont attendues au mois de septembre alors que les propositions retenues doivent être arrêtées le 8 septembre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/