1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Mayotte : l'eau du robinet déconseillée pour les enfants de moins de 4 ans
2 min de lecture

Mayotte : l'eau du robinet déconseillée pour les enfants de moins de 4 ans

La Société mahoraise des eaux déconseille les habitants du Nord-Est de l'île de donner de l'eau du robinet à boire aux enfants de moins de 4 ans, en raison d'un excès de manganèse.

De l'eau d'un robinet (illustration)
De l'eau d'un robinet (illustration)
Crédit : AFP / FRED TANNEAU
Sarah Belien & AFP

120.000 habitants sont concernés par cette précaution. Ce samedi 20 novembre, la Société mahoraise des eaux, filiale de Vinci, a fortement déconseillé la consommation d'eau du robinet pour les enfants âgés de moins de 4 ans, en particulier pour les habitants du Nord-Est de Mayotte. En cause : l'excès de manganèse. Un incident qui fait redouter une nouvelle crise de l'eau.

Dans un communiqué, la société en charge de l'alimentation et de la distribution de l'eau potable dans la région a expliqué que l'eau était en excès de manganèse en provenance de l'une des principales ressources en eau à Mayotte, celle de Dzoumogné. Cependant, la station de traitement d'eau potable de Bouyouni, en aval, n'est pas équipée pour traiter le manganèse.

Un incident qui s'accumule avec des problèmes d'approvisionnement en eau récurrents dans le département d'outre-mer depuis plus d'un mois. Les Mahorais procèdent aux "tours d'eau", une rotation par secteur géographique des coupures d'eau de 17H00 à 7H00, en raison de la faiblesse du niveau des nappes phréatiques, rivières, forages, ainsi que des dysfonctionnements à l'usine de dessalement d'eau de mer de Pamandzi.

Une crise de l'eau qui dure

Mayotte avait déjà vécu une crise de l'eau avec des coupures qui avaient duré plus de 3 mois en raison de la sécheresse et d'un début de la saison des pluies tardif en 2016 et 2017. Le gouvernement avait alors adopté un plan urgence eau Mayotte, qui prévoyait entre autres, l'interconnexion des deux retenues d'eau, celle de Dzoumogné et de Combani, la construction d'une usine de dessalement en Grande Terre ainsi que la mobilisation de 5,5 millions d'euros d'investissement pour le syndicat intercommunal d'eau et d'assainissement (SIEAM).

Si une grande partie des travaux a été réalisée, la troisième retenue, programmée il y a 20 ans, n'a toujours pas été construite, et le SIEAM, devenu Syndicat mixte d'eau et d'assainissement de Mayotte, est en difficulté financière. La situation avait alerté la Chambre régionale des comptes dans son dernier rapport. Une enquête du parquet national financier a été ouverte.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire