1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Maltraitance dans les Ehpad : le directeur général d'Orpea démis de ses fonctions
3 min de lecture

Maltraitance dans les Ehpad : le directeur général d'Orpea démis de ses fonctions

Le directeur général d'Orpea, Yves Le Masne, a été démis de ses fonctions dimanche, a annoncé le groupe dans un communiqué. L'entreprise, spécialiste des Ehpad, fait l'objet de graves accusations d'abus dénoncées dans le livre-enquête "Les Fossoyeurs" paru mercredi.

Une photo de la résidence Ehpad du groupe ORPEA, "Les Bords de Seine" à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, le 26 janvier 2022.
Une photo de la résidence Ehpad du groupe ORPEA, "Les Bords de Seine" à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, le 26 janvier 2022.
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Florise Vaubien & AFP

Orpea toujours dans la tourmente. Ce dimanche 30 janvier, suite aux allégations graves rapportées dans un livre-enquête Les Fossoyeurs paru mercredi, le directeur général, Yves Le Masne, a été démis de ses fonctions. Orpea a été accusée de multiples abus au détriment de la santé et du confort de ses résidents, malgré les prix élevés que pratique le groupe. 

Un communiqué publié dimanche par l'entreprise explique que "le conseil d'administration du groupe (...), réuni le 30 janvier 2022, a décidé de mettre fin aux fonctions de directeur général de M. Yves Le Masne". Philippe Charrier devient alors "Président directeur-général de la société avec effet immédiat"

Président non exécutif du conseil d'administration du groupe depuis mars 2017, le nouveau dirigeant serra en charge de vérifier ces accusations graves qui ont provoqué une vive polémique et suscité de nombreuses réactions indignées de la part de responsables syndicaux et politiques.

Une enquête lancée par le gouvernement

Les Fossoyeurs, écrit par le journaliste indépendant Victor Castanet, dépeint un système où les soins d'hygiène, la prise en charge médicale, voire les repas des résidents sont "rationnés" pour améliorer la rentabilité de la société. Ces révélations, relayées par le Monde lundi, ont plongé le groupe dans la tourmente, alors que celui-ci est considéré comme "l'un des principaux acteurs mondiaux de la prise en charge globale de la dépendance". 

À lire aussi

Certains témoins, relayés dans la presse, sont depuis sortis du silence : "Au bout de plus d’un mois d’hospitalisation, le médecin a refusé de renvoyer (ma mère) chez Orpea pour suspicion de maltraitance", explique au Parisien Sophie Mayer, 57 ans, une plaignante dont la mère a été placée en 2018 à l’Orpea des Chanterelles au Pré-Saint-Gervais. 

Une enquête diligentée par le gouvernement devra faire la lumière sur cette affaire : l'agence régionale de santé d'Ile-de-France a ainsi lancé une inspection dans l'Ehpad de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), plus particulièrement visé dans le livre.

Les dirigeants convoqué par la ministre mardi

Philippe Charrier aura donc "pour mission de garantir, sous le contrôle du Conseil, que les meilleures pratiques sont appliquées dans toute l'entreprise et de faire toute la lumière sur les allégations avancées", peut-on lire dans le texte diffusé dimanche par le groupe. Pour accomplir cette mission, M. Charrier devra s'appuyer "en particulier sur les missions d'évaluation confiées par le conseil d'administration à deux cabinets indépendants en cours de désignation". 

À la suite de la parution de l'ouvrage Les Fossoyeursle spécialiste des cliniques privées et des maisons de retraite avait contesté ces accusations de maltraitance. Des allégations "mensongères, outrageantes et préjudiciables", d'après Orpea. Le groupe, coté à la Bourse de Paris et fort d'un réseau de "1.156 établissements pour 116.514 lits", avait annoncé mercredi soir avoir mandaté "deux cabinets de premier plan pour mener une évaluation indépendante afin de faire la lumière sur l'ensemble des allégations graves" à son encontre.

Une contre-réponse qui n'a pas suffi pour éteindre la polémique : la ministre déléguée chargée de l'Autonomie des personnes âgées, Brigitte Bourguignon, a convoqué mardi prochain les dirigeants du groupe

Orpea est présent dans 23 pays et "se positionne comme le leader mondial du secteur des Ehpad", rappellent nos confrères. En France, la chaîne de cliniques et de maisons de retraite encadre un réseau de 354 établissements qui prennent en charge des personnes fragiles, dépendantes et "en perte d'autonomie". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/