2 min de lecture Police

Maggy Biskupski : qui était la figure du mouvement des policiers en colère ?

Visage du mal-être dans les rangs de la police depuis l'attaque de Viry-Châtillon en octobre 2016, Maggy Biskupski a été retrouvée morte chez elle le 12 novembre, après s'être probablement suicidée avec son arme de service.

Maggy Biskupski invitée de l'émission "C à Vous", le 25 janvier 2018
Maggy Biskupski invitée de l'émission "C à Vous", le 25 janvier 2018 Crédit : Capture d'écran France 5
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Après l'attaque de Viry-Châtillon en octobre 2016, elle était devenue le visage des policiers en colère. Le symbole d'une police à bout. Maggy Biskupsk, la présidente de l'association Mobilisation des policiers en colère (MPC), a été retrouvée morte chez elle dans les Yvelines lundi 12 novembre, après s'être probablement suicidée avec son arme de service. 

L'association qu'elle présidait avait vu le jour au lendemain de l'attaque de policiers au cocktail Molotov dans l'Essonne. Deux gardiens de la paix y avaient été gravement brûlés, déclenchant un mouvement de fronde dans les rangs des forces de l'ordre.

Âgée de 36 ans, Maggy Biskupski était membre de la brigade anti-criminalité (BAC) de nuit des Yvelines. Si elle avait toujours "plus ou moins rêvée d'être flic", elle avait d'abord été assistante de direction dans les Ardennes. C'est un reportage visionné il y a une dizaine d'années qui a fait office de déclic. "Je me suis dit pourquoi pas moi (...) J'ai eu du mal parce que j'avais trop de diplômes (...) Je n'ai jamais regretté", racontait-elle sur France 5 en janvier dernier.

J'ai choisi un combat que je suis fière de mener

Maggy Biskupski
Partager la citation

"J'ai choisi un combat que je suis fière de mener. C'est important car ça ne concerne pas seulement la police nationale, mais votre sécurité à tous", soulignait Maggy Biskupski. Elle avait notamment déploré le manque de mesures concrètes pour empêcher les nombreux suicides dans la police. "On est à 50 suicides par an depuis 10 ans", regrettait-elle.

À lire aussi
police
"Beauvau de la sécurité" : Macron et Darmanin attendus au tournant

Pour avoir exprimé le mal-être et la colère des policiers dans les médias, à visage découvert, elle était tout comme trois collègues, visée par une procédure de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour "manquements" à son devoir de réserve.

Une enquête a également été ouverte ce mardi 13 novembre afin de déterminer les circonstances précises de la mort de cette gardienne de la paix. Elle a été confiée à la sûreté départementale des Yvelines. 

>
La porte-parole des policiers en colère s'est suicidée Crédit Média : M6 | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Suicide Société
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants