1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Loi Travail : les policiers préconisent le rassemblement statique et s'interrogent sur leur hiérachie
2 min de lecture

Loi Travail : les policiers préconisent le rassemblement statique et s'interrogent sur leur hiérachie

INVITÉ RTL - Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat de police Synergie Officiers, approuve la décision des pouvoirs publics de demander aux syndicats d'organiser une manifestation statique plutôt qu'un défilé dans les rues de Paris.

Des affrontements entre la police et des manifestants cagoulés le 26 mai 2016 à Paris
Des affrontements entre la police et des manifestants cagoulés le 26 mai 2016 à Paris
Loi Travail : les policiers préconisent le rassemblement statique et s'interrogent sur leur hiérachie
04:48
Julien Absalon
Julien Absalon

L'avertissement de la préfecture de police est catégorique : si les syndicats maintiennent leur défilé prévu jeudi 23 juin à Paris leur manifestation sera interdite. Pour limiter les débordements, les pouvoirs publics réclament en effet des organisateurs qu'ils mettent en place un "rassemblement statique" plutôt qu'un cortège dans les rues de Paris. Une décision que les policiers approuvent et préconisent. "D'un point de vue purement technique, c'est beaucoup plus simple à gérer pour nous", affirme Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat de police Synergie Officiers, au micro de RTL.

Avec un rassemblement immobile, les policiers considèrent que les fauteurs de trouble auront bien moins de possibilités pour agir. "Les casseurs se déplacent dans ce qu'on appelle des nébuleuses. Dès qu'il y a une dynamique, les casseurs le long du cortège s'en prennent aux forces de l'ordre, aux commerces, aux banques. Puis ils se réintègrent dans le cortège, où c'est beaucoup plus difficile d'intervenir puisqu'il y a des manifestants normaux et que l'action de la police n'est pas de créer plus de troubles", argumente le syndicaliste.

Des ordres pas assez fermes

Les syndicats assurent pourtant le contraire. Eric Beynel, porte-parole de Solidaires, estime notamment qu'un rassemblent statique présente plus de risques car les manifestants seront encerclés par les forces de l'ordre. Mais Patrice Ribeiro mise sur "le dialogue" et la "bonne volonté de part et d'autre" pour que "tout se passe bien".

Reste que les policiers, mobilisés sur tout les fronts depuis le début de l'Euro, s'interrogent sur l'efficacité des ordres donnés par leur hiérarchie dans ces manifestations émaillées la violence. "Jamais nous n'aurions dû laisser dégénérer des manifestations comme cela. C'est du jamais vu. [...] On aurait pu faire des arrestations préventives dans le cadre de l'état d'urgence, mais aussi ne pas avoir d'atermoiements de la part de la hiérarchie. Jeudi dernier (le 14 juin), nos collègues ont attendu plusieurs heures avant d'avoir des ordres fermes", estime le représentant de Synergie Officiers. "Si ces manifestations avaient été gérées de manière conventionnelle depuis le début, comme nous savons le faire, on n'en serait pas à ces extrémités là", ajoute Patrice Ribeiro.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/