1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Loi anti-squats : le combat d'une femme contre le squatteur de la maison de sa mère
1 min de lecture

Loi anti-squats : le combat d'une femme contre le squatteur de la maison de sa mère

TÉMOIGNAGE RTL - Depuis plusieurs mois, un locataire refuse de quitter le domicile de la mère de Mégane. La jeune fille se bat actuellement pour l'expulsion du locataire, qui a arrêté de payer son loyer.

L'Assemblée nationale discute actuellement de la mise en place d'une proposition de loi anti-squats.
L'Assemblée nationale discute actuellement de la mise en place d'une proposition de loi anti-squats.
Crédit : Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Loi anti-squats : le combat d'une femme contre le squatteur de la maison de sa mère
00:01:01
Corentin Bemol - édité par Baptiste Marin

L'Assemblée nationale a commencé lundi 28 novembre l'examen d'une proposition de loi anti-squats. Ce texte vise notamment à accélérer les procédures d'expulsion. À Fressenneville, dans le département de la Somme, Mégane est confrontée à un locataire qui ne paye plus ses loyers depuis 15 mois. Sa mère avait entamé les procédures mais elle est décédée en février dernier. La jeune femme de 24 ans a donc pris le relais. 

"Rien ne change. Dans tous les cas, on me dit qu'il ne partira pas. Je me battais vraiment pour la maison de ma mère. J'ai grandi dans cette maison", explique Mégane au sujet de ce combat qu'elle mène. La préfecture de la Somme a rendu l'avis d'expulsion le 16 juin dernier mais rien n'a été fait. Et avec la trêve hivernale, effective depuis le 1er novembre 2022, le locataire ne peut pas être expulsé. 

Il y a quelques semaines, Mégane a passé plusieurs jours devant la maison de sa mère avec des pancartes pour alerter sur cette situation. "Pour l'instant, je suis encore hébergée par des proches. (Cet événement) a un petit peu bouleversé ma vie ces derniers mois. La justice n'est pas de mon côté", clame la jeune femme. Cette dernière vit actuellement à Lille. 

Ce texte, porté par la majorité présidentielle, pourrait être soutenu par les voix des députés LR et RN. Cette proposition propose aussi de tripler les sanctions encourues par les squatteurs. À ce jour, un squatteur risque une peine d'un an de prison et 15.000 euros d'amende. Le texte compte aussi alourdir les sanctions contre ceux qui se font passer pour un propriétaire dans le but de louer un bien. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire