1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les réseaux sociaux pour vaincre l'anorexie
1 min de lecture

Les réseaux sociaux pour vaincre l'anorexie

REPLAY / INVITÉ RTL - Une femme partage des photos de ses repas sur Instagram pour vaincre cette maladie mentale et aider les autres anorexiques.

Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Les réseaux sociaux pour vaincre l'anorexie
07:35

Alexia Savey a tout juste 18 ans et se bat depuis six ans contre l'anorexie mentale. Comme d'autres jeunes filles souffrant de cette maladie, elle partage des photos de ses repas tous les jours sur les réseaux sociaux. Une façon de se serrer les coudes et de changer leur rapport à la nourriture.

Aujourd'hui en voie de guérison après plusieurs hospitalisations et des chutes de poids allant jusqu'à 28 kg pour 1m60, la lycéenne utilise Instagram au quotidien pour se motiver et motiver les autres malades. "Je reçois beaucoup d'encouragements et cela me permet de modifier ma perception de ce que je mange". Cette communauté d'internautes lui permet de "déculpabiliser". Désormais chaque repas est une "victoire" alors que passer à table a longtemps été un moment "terrorisant". Elle raconte aussi son quotidien sur son blog La Faim du petit pois et dans un livre éponyme.

Un jour j'ai compris que si je ne changeais pas maintenant, je ne pourrai jamais accomplir mes rêves.

Alexia Savey

Alors que les députés ont failli interdire ce type d'échanges sur internet avec amendement interdisant "l'incitation à la maigreur excessive", elle appelle à "bien dissocier un phénomène de mode d'une vraie maladie mentale". Ce "désordre alimentaire", elle a pourtant eu l'impression pendant des années qu'il lui permettait de "mettre de l'ordre" dans sa vie. "C'est la plus grosse erreur que j'ai pu commettre", réaliste aujourd'hui Alexia Savey. 

Qu'est-ce qui l'a fait changé d'avis? "Un jour j'ai compris que si je ne changeais pas maintenant, je ne pourrai jamais accomplir mes rêves". Sa "boulimie des mots, de la littérature et de la connaissance" l'a aidé dans ce combat. Elle rêve aujourd'hui de "normalité", de réussir les concours sciences po après son bac l'an prochain et pourquoi pas un jour, d'être maman.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/