4 min de lecture Handicap

"Les handicapés" ne sont pas "des citoyens de seconde zone", rappelle Dominique Farrugia

INVITÉ RTL - Atteint de sclérose en plaques, Dominique Farrugia revient sur sa maladie qu’il combat depuis plus de 30 ans. Aujourd’hui en fauteuil roulant, il dénonce le manque d'accessibilité des services publics en France.

fallait l'inviter- L'Entretien du jour Thomas Sotto
>
"Les handicapés" ne sont pas "des citoyens de seconde zone", déplore Dominique Farrugia Crédit Image : STR / AFP | Crédit Média : Thomas Sotto | Durée : | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Florise Vaubien

Dominique Farrugia, acteur, scénariste et producteur de cinéma, se bat depuis ses 29 ans contre la sclérose en plaques, une maladie neurodégénérative qui touche le système nerveux central. Il déplore le manque d'équipement et d'accessibilité des services publics en France qui complique considérablement la vie d'une personne handicapée. 

"C’est un sujet qui me touche personnellement parce que je vis plus en chaise roulante que debout", explique-t-il. "J’ai la chance de travailler dans la société Groupe Canal qui engage des personnes handicapées et quelqu’un m’aide tous les jours, du lundi au vendredi", estime le producteur, "mais le samedi et le dimanche, je suis tout seul et se promener dans Paris, c’est extrêmement compliqué". En effet, Dominique Faruggia explique comment les déplacements en fauteuil roulant dans la capitale sont particulièrement fastidieux : "Souvent la piste cyclable est refaite, mais pas le trottoir à côté; il y a aussi les nids de poules ou des passages piétons compliqués à traverser en fauteuil roulant".

On ne peut pas vivre comme un citoyen de seconde zone

Dominique Farrugia sur RTL
Partager la citation

Dominique Farrugia explique sa colère, estimant que les personnes handicapées sont considérées comme des citoyens de seconde zone : "On ne peut pas vivre comme un citoyen de seconde zone". "On paie des impôts comme tout le monde, les handicapés essaient de travailler, on les laisse de côté et c'est extrêmement énervant", déplore l'artiste. Au sujet des bus dits accessibles, il rappelle qu'ils le sont en théorie mais restent encore "difficilement accessibles en fauteuil roulant".

La loi de 2005, voulu par Jacques Chirac, avait pour objectif l’égalité des chances et des droits. Si l'objectif est loin d'être atteint, Dominique Farrugia estime "qu'on fait des progrès" en particulier dans le secteur privé. Il dénonce le rejet du projet de loi qui "devait imposer que tous les services publics soient accessibles aux personnes handicapées". Une décision du gouvernement que le producteur ne comprend toujours pas puisque "le Sénat était franchement à gauche à l’époque".

J'ai caché ma maladie car j’avais peur de perdre mon travail

Dominique Farrugia sur RTL
Partager la citation
À lire aussi
Caroline Dublanche présente "Parlons-Nous" sur RTL de 22h30 à 1h30 Parlons-nous
Couple : quand se pose la question du handicap

L'ancien Nul de Canal + revient également sur sa maladie, déclarée alors qu'il n'avait que 29 ans et qu'il a, dans un premier temps, cachée. "J’avais peur de perdre mon travail, j’avais peur que les gens pensent que je ne sois pas capable de faire ce que l’on me demande de faire", explique-t-il. "Et quand c’est devenu extrêmement visible, j’ai décidé d’en parler et j’ai pris conscience que d’en parler, ça aidera peut-être d’autres personnes qui sont plus anonymes que moi, qui en souffrent encore plus et qui n’ont pas de travail".

Quant au lexique utilisé, "personnes à mobilité réduite", "non-voyant", ou "malentendant", il rappelle que ces "jolis mots" n'arrangent pas pour autant la situation des personnes handicapées. "Tant que les passages piétons ne seront pas aux normes pour un "non-voyant" et un "malentendant", ça n’arrangera rien de les appeler comme ça".

Le handicap m’a rendu 100 fois plus combatif

Dominique Farrugia sur RTL
Partager la citation

Dominique Farrugia ne se laisse pas abattre par le regard de l'autre parfois "instant" et a réussi a dépasser le sentiment d'injustice : "J'ai réussi à passer au-dessus... Mais se qui est terrible c’est de voir des personnes avoir fait des études brillantes, qui sont tout d’un coup sabrées par la maladie ou par un accident et qui se voient totalement stoppées dans leur vie. Ça, c’est absolument terrible".

Il estime que dans son cas, "le handicap" l’a rendu "100 fois plus combatif" : "il a décuplé mes forces de travail et mes forces de survie". "J’ai eu la chance de ne rencontrer que des gens qui ont eu envie de travailler avec moi malgré le handicap et la maladie. J’ai eu beaucoup de chance et j’ai peut-être un peu de talent aussi", ironise le producteur.

"Debout ou assis, on t’aime"

Le producteur, marié et père de deux petites filles, estime qu'il est chanceux d'être bien entouré : "J’en parle peu à mes filles, mais quand je fais des progrès, je leur montre, et elles sont contentes". "Elles ont cette phrase magnifique qui est ‘debout ou assis, on t’aime’", détaille-t-il. 

Il reconnaît que le handicap complique toutefois son rôle de papa. "Quand on habite à Paris dans un immeuble haussmannien, l’ascenseur est tout petit. Soit vous arrivez à tenir debout et vous vous glissez dedans, et quelqu’un aide à descendre votre fauteuil roulant, ou alors vous êtes bloqué chez vous. Et ça, c’est vraiment compliqué". Dominique Farrugia rappelle également comment une simple sortie au cinéma reste encore compliquée : "L’accessibilité au cinéma, ça commence à se faire, les nouveaux cinémas sont accessibles, mais il n’y a même pas un cinéma sur les Champs-Elysées à Paris qui soit équipé".

À part Mimi Mathy et Jamel Debbouze, on ne peut pas dire que le cinéma laisse une grande place aux personnes handicapées. "Il y a peu de stars handicapées", déplore le producteur. "Parfois, le cinéma ne se tourne pas vers les bonnes personnes pour jouer le rôle d’une personne handicapée : il y a de très bons acteurs handicapés, et on n’a pas besoin de prendre un valide pour jouer un handicapé", rappelle-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Handicap Dominique Farrugia
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants