1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les attentats du 13 novembre sont ancrés dans la mémoire collective
1 min de lecture

Les attentats du 13 novembre sont ancrés dans la mémoire collective

INVITÉ RTL - Selon Denis Peschanski, président du conseil scientifique du Mémorial de Caen, 90% des Français se souviennent précisément des conditions dans lesquelles ils ont appris les événements du 13 novembre.

La devanture du Carillon après les attaques terroristes du 13 novembre 2015
La devanture du Carillon après les attaques terroristes du 13 novembre 2015
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Les attentats du 13 novembre sont ancrés dans la mémoire collective
06:56
Les attentats du 13 novembre sont ancrés dans la mémoire collective
06:57
Yves Calvi_
Yves Calvi

Il y a trois ans avaient lieu les attentats du 13 novembre, faisant 130 morts, plus de 350 blessés, et des milliers de traumatisés. Denis Peschanski, président du conseil scientifique du Mémorial de Caen, dirige une mission sur la mémoire collective après les attentats du 13 novembre 2015. D’après les premiers résultats de cette étude, cette date est ancrée comme un événement marqueur dans la mémoire collective des Français. 

“La mémoire collective, c’est une représentation sélective du passé”, explique l’historien, invité de RTL. “On choisit les faits qui participent à la construction identitaire d’un groupe”. C’est ainsi que certains événements s’inscrivent donc dans la mémoire collective, comme c’est le cas des attentats du 13 novembre. 

Car à la différence des attaques de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, “où ce sont nos valeurs qui étaient touchées”, les attentats du Bataclan ont fait sentir que “tout le monde est victime”, détaille Denis Peschanski. À cette date, les terroristes ont attaqué “la France et les Français dans leur ensemble”.

Touchés de près ou de loin par ces attentats, tous les Français ont été marqués par ces événements. Pour preuve : 90% des Français se souviennent très précisément où ils étaient lorsqu'ils ont pris connaissance des attentats du 13 novembre. C’est ce que l’historien appelle la "mémoire flash", provoquée par le “choc émotionnel lié aux conditions dans lesquelles on apprend un événement”.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/