2 min de lecture Emploi

Les actualités de 18h - General Electric : les salariés de Belfort sous le choc

Il avait promis de créer 1.000 emplois en France, le géant américain General Electric annonce ce mardi 26 mai 1.050 suppressions de postes. Un véritable coup dur pour les salariés et l'économie locale.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les actualités de 18h - General Electric : les salariés de Belfort sous le choc Crédit Image : AFP / SEBASTIEN BOZON | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Yannick Olland
édité par Joanna Wadel

Le groupe a racheté la branche énergie d'Alstom en 2015, mais n'a pas tenu ses promesses d'embauches. Ce mardi 26 mai, le coup est encore plus rude : environ 800 emplois supprimés dans la branche turbines à gaz de Belfort, et 250 autres dans les services supports.

Beaucoup de colère et d'amertume se font ressentir chez les salariés de l'usine de Belfort. Au lieu des 1.000 embauches promises il y a 4 ans, les travailleurs ont droit à 1.050 suppressions d'emplois. Michel, employé depuis 30 ans dans le secteur des turbines à gaz, où un salarié sur deux perdra sa place, s'est senti "utilisé" puis "jeté". Il évoque notamment ses jeunes collègues "qui ont emprunté pour des maisons" et devront renoncer à leurs projets. 

Arnault, qui a fait toute sa carrière sur le site, voit sa vie s'effondrer : "Aujourd'hui j'ai 50 ans, j'ai un crédit sur le dos (...) je vais me retrouver au chômage et trimer pendant 10 ans, 12 ans, jusqu'à ma retraite. C'est une honte !", dénonce-t-il. 

Au total, 3.000 emplois sont menacés

Avec 4.000 salariés, General Electric est le premier employeur du secteur. Pour toute l'économie locale, c'est donc un coup de massue. Florian Bouquet, président du département du Territoire de Belfort affirme que 3.000 emplois sont à présent menacés sur l'ensemble du département : "Perdre 1.050 emplois chez General Electric, c'est autant d'emplois dans la sous-traitance, dans le domaine du commerce et d'emplois indirects", précise-t-il, en déplorant un véritable "coup dur". 

À lire aussi
Une chaine de montage de voitures (illustration) économie
Emploi : le ralentissement du secteur automobile affecte toute l'économie

Ce qui choque également les élus locaux et les salariés, c'est le timing de cette annonce, qui survient après les résultats des élections européennes. Ce 26 mai à l'Assemblée, Bruno Le Maire a promis de préserver l'avenir industriel de Belfort et d'être aux cotés des salariés. Le ministre de l'Économie évoque notamment des reclassements dans la construction du TGV du futur.

À écouter également dans ce journal

Justice - Le tribunal de Nanterre a donc tranché, Johnny Hallyday est bien français, et la bataille autour de son héritage se jouera en France.

Politique - La crise s'aggrave chez les Républicains. Après la claque électorale, les divisions reprennent leur cours. Ce mardi 26 mai, Gérard Larcher a ouvert un nouveau front, proposant de reconstruire un projet rassemblant la Droite et le Centre, mais en dehors du parti.

Sommet européen - À Bruxelles, les 28 se retrouvent ce soir, 2 jours après les Européennes, en vue de désigner les principaux dirigeants des institutions européennes, à commencer par le Président de la Commission de Bruxelles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi General Electric Belfort
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants