1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "La SNCF a des difficultés majeures en termes de sécurité", estime Stéphane Gicquel
1 min de lecture

"La SNCF a des difficultés majeures en termes de sécurité", estime Stéphane Gicquel

REPLAY / INVITÉ RTL - Le secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d'accidents collectifs revient sur la première réunion entre les familles des victimes du déraillement du 14 novembre à Eckwersheim et la SNCF.

Stéphane Gicquel, secrétaire général de la FENVAC (illustration)
Stéphane Gicquel, secrétaire général de la FENVAC (illustration)
Crédit : AFP
"La SNCF a depuis quelques années des difficultés majeures en terme de sécurité", estime Stéphane Gicquel
05:19
Sophie Aurenche & James Abbott

Les victimes du TGV-Est qui a déraillé le 14 novembre 2015 à Eckwersheim (Bas-Rhin) étaient reçues samedi au siège de la SNCF à Paris. Stéphane Gicquel, secrétaire général de la FENVAC (Fédération nationale des victimes d'accidents collectifs) estime qu'il ne faut pas pointer du doigt la responsabilité une seule personne alors qu'il a été dévoilé samedi 5 mars qu'une erreur humaine pourrait être à l'origine de la plus grave catastrophe ferroviaire depuis 1988.

"On veut de la transparence et de l'égalité, réclame Stéphane Gicquel au micro de RTL. C'est la Justice qui dira la vérité. Il faut se méfier de définir une responsabilité définitive et immédiate qui ferait peser cette catastrophe sur le manquement d'une seule personne." 

La SNCF n'achète pas le silence, en tout cas je l'espère

Stéphane Gicquel de la FENVAC

Stéphane Gicquel estime que cette première réunion de samedi s'est "bien passée". "C'était important car cette catastrophe est passée totalement inaperçue puisqu'elle s'est déroulée le lendemain des attentats du 13 novembre. Ces familles des victimes avaient besoin d'être informées, rassurées."

"Guillaume Pépy a expliqué que la SNCF était responsable moralement et juridiquement, un discours de responsabilité, salue-t-il. Malheureusement c'est le même discours qu'il avait prononcé pour la catastrophe de Brétigny."

À écouter aussi

La SNCF accélère-t-elle le calendrier pour passer à autre chose ? "La SNCF a depuis quelques années des difficultés majeures en terme de sécurité,répond-t-il. La volonté est sans doute de bien faire. Mais il faut respecter le temps des victimes (...) La SNCF n'achète pas le silence, en tout cas j'espère qu'elle n'est pas dans cette optique, poursuit-il. On veut que tout le monde soit traité au mieux."

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/