1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La réforme de l'orthographe "mise au frigidaire", estime Hélène Carrère d'Encausse
1 min de lecture

La réforme de l'orthographe "mise au frigidaire", estime Hélène Carrère d'Encausse

D'après l'académicienne la réforme décriée ne verra pas le jour.

Hélène Carrère d'Encausse
Hélène Carrère d'Encausse
Nicolas Bamba

Beaucoup de bruit pour finalement pas grand chose ? Interrogée par la Radio Télévision Suisse, Hélène Carrère d'Encausse s'est exprimée à propos de la fameuse réforme de l'orthographe, censée entrer en vigueur à la rentrée prochaine. L'annonce des grandes lignes de ce choc de simplification - 2.400 mots révisés, des accents circonflexes facultatifs... - avait provoqué une levée de boucliers, notamment sur les réseaux sociaux. Selon la secrétaire perpétuelle de l'Académie française, ce projet va "tomber dans l'oubli", comme les précédentes réformes de 1905 et de 1994.

Hélène Carrère d'Encausse doute fort que les éditeurs appliquent la réforme dans les prochains manuels scolaires : "Je ne crois pas qu'ils vont l'incorporer. J'ai l'impression que les éditeurs de livres scolaires, qui avaient fait pression (...), ont tout arrêté parce qu'ils se rendent compte que pour l'instant, ça ne marche pas". Elle va même plus loin : "Mon sentiment est que c'est une question qui est mise au frigidaire".

Une simplification massivement rejetée

Pour l'historienne, la mobilisation contre la réforme de l'orthographe "a eu beaucoup d'effet". Les Français "ont l'impression qu'on leur enlève beaucoup plus que leur portefeuille, qu'on leur enlève ce qu'ils sont", observe-t-elle, comme si les règles d'orthographe en vigueur représentaient "une marque d'identité pour eux". Le sondage réalisé par RTL auprès des internautes était sans équivoque : 88% des votants estimaient qu'il n'était pas nécessaire de simplifier l'orthographe.

Le Figaro rapporte qu'Hélène Carrère d'Encausse a rectifié ses propos ce 19 avril, au lendemain de son intervention à la Radio Télévision Suisse. Son directeur de cabinet précise qu'elle n'a aucune certitude quant aux intentions des éditeurs. L'académicienne suppose seulement que l'impopularité de la réforme les poussera à ne pas l'évoquer dans les manuels si l'orthographe des mots est effectivement revue.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/