2 min de lecture Finances

Le Livret A a le vent en poupe en ce début d'année

ÉDITO - Notre fameux Livret A séduit plus que jamais l’épargnant français, il a dépassé, le mois dernier, les 300 milliards d’euros d’encours.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Le Livret A a le vent en poupe en ce début d'année Crédit Image : DENIS CHARLET / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par William Vuillez

Deux cents ans… et toutes ses dents pour le Livret A. Ce produit d’épargne défiscalisé vient de battre un record : il a dépassé, le mois dernier, les 300 milliards d’euros d’encours, et les 400 milliards si on lui adjoint son petit frère, le livret de développement durable. Un montant qui a progressé de 5% sur un an, malgré les désastreuses conditions de rémunération de l’épargne sur ces livrets : 0,5% par an désormais, c’est-à-dire moins que l’inflation. Même si l’on prend en compte la défiscalisation, les 55 millions de titulaires de Livret A perdent de l’argent. En fait, déposer ses économies sur le petit carnet bicentenaire, c’est proprement anti-économique.

Mais ce qui pousse les Français à le faire, c'est que l’argent est disponible et le capital est garanti par l’État, via la Caisse des dépôts, qui a été créée en 1816, avec le livret A, justement pour protéger l’épargne des Français. C’est pour cela que la Caisse, société publique, est sous la tutelle de l’Assemblée nationale et non pas de l’exécutif, le pouvoir politique, dont on craignait qu’il pourrait taper dans le bas de laine des ménages. Il a en fait trouvé d’autres façons de le faire.

L’autre raison du succès est paradoxale, c’est la baisse de la rémunération. Comme l’épargne ne rapporte plus rien, les ménages épargnent davantage. La baisse des taux d’intérêt était faite pour inciter les ménages à consommer et elle a produit, au moins en France, l’effet exactement inverse parce qu’elle a stressé l’épargnant, qui veut compenser la perte de revenu qu’elle provoque.

Pourquoi les Français épargnent-ils autant ?

Le taux d’épargne des ménages français est aux alentours de 8% du revenu disponible depuis plusieurs années, selon l’OCDE. Un chiffre qui nous situe plutôt assez haut par rapport à la moyenne européenne, qui est deux fois moins élevée. Les seuls pays à nous dépasser sont les Suédois, les Allemands et les Luxembourgeois. Et la caractéristique de l’épargne française, c’est qu’elle est majoritairement investie dans les produits sûrs et peu rentables. Le Livret A on l’a vu, et l’assurance-vie avec les fonds en euros, qui eux aussi ont vu leur rémunération chuter à cause de la baisse des taux, elle est à 1,4% aujourd’hui.

À lire aussi
Des personnes masquées pour se protéger du coronavirus (illustration) coronavirus
Coronavirus : pourquoi la crise va modifier notre monde économique

Pour placer de l’argent, vous avez deux routes qui ne se recoupent jamais, la sécurité et le rendement. Si vous voulez la première, vous n’aurez jamais le second, et inversement. Si vous choisissez le rendement, c’est vers les actions qu’il faut se tourner et là, on ne peut pas exclure les coups de tabac, le capital n’est pas garanti. Lundi, sur une seule journée, la bourse a perdu 4%. Cela représente huit années de rémunération du Livret A. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Finances Tendances Livret A
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants