1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Inflation : ces Belges qui viennent faire leurs courses en France
1 min de lecture

Inflation : ces Belges qui viennent faire leurs courses en France

REPORTAGE - Face à l'inflation, de nombreux Belges viennent faire leur course en France. Du riz, au coca, jusqu'au fromage, de nombreux produits y sont moins chers.

Des clients dans un supermarché (illustration)
Des clients dans un supermarché (illustration)
Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
Inflation : ces Belges qui font leurs courses en France
00:01:35
Antoine Decarne - édité par Robinson Hollanders

Que l'on soit en vacances ou déjà au travail, notre pouvoir d'achat est le sujet de préoccupation du moment. Alors que la France a réussi à limiter son inflation à plus 6%, nos voisins les plus proches souffrent, eux, de l'augmentation des prix, comme l'Italie, l'Espagne ou encore la Belgique. 

Et nos voisins nordistes n'en finissent plus de franchir la frontière en ce moment pour faire leurs courses, notamment au poste-frontière de Roncq.Sur le parking de cet hypermarché, il y a des plaques d'immatriculation rouges partout. Les voitures belges défilent. Mickaël "vient d'Audenarde, à 40 kilomètres d'ici, parce que les courses sont beaucoup moins chères. 

Le coca, le vin, le fromage, le chocolat, un peu de tout. Ici, j'ai fait des courses pour 200 € et si je fais la même chose en Belgique, j'en ai pour 400 €", explique-t-il.  

Inquiétude autour de l'essence

Depuis toujours, les Belges venaient acheter de l'eau en France puisqu'elle était bien moins chère. Mais désormais, tous les produits comme le jambon, le riz, les essuie-tout sont concernés. Hadi vient de Tournai et explique qu'"avant, c'étaient les Français qui venaient en Belgique. Maintenant, ce sont les Belges qui viennent en France."

À écouter aussi

Et à Mouscron, côté belge, dans la station essence, le diesel est aujourd'hui à 1,899 €. C'est la même chose qu'en France. Mais la perspective d'un gazole français à 1,50 € en septembre inquiète fortement : "On voit qu'il va y avoir des sacrées différences. C'est ça le problème. On est à peine à 200 mètres et ça se trouve, il y aura 30 ou 40 centimes d'écart", explique le propriétaire d'une station-service. 

Ce serait un retournement de situation total puisque c'était le contraire depuis de nombreuses années.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/