2 min de lecture Syrie

Immigration, insertion : une famille syrienne trouve refuge sur l'Île-de-Bréhat

REPORTAGE - Ahmad et sa famille ont fui la Syrie après la mort de leur fille lors d'un bombardement. Ils ont trouvé refuge sur l'Île-de-Bréhat grâce à la solidarité de tous les habitants.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Immigration, insertion : une famille syrienne trouve refuge sur l'Île-de-Bréhat Crédit Média : Patrice Gabard / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Patrice Gabard édité par Camille Descroix

Ce matin, nous partons en Bretagne, sur l'Île-de-Bréhat, à la rencontre de réfugiés syriens qui ont fui leur pays, en 2012, après la mort de leur fille aînée dans un bombardement.

Après de longues années d'exil, ils ont été accueillis sur le sol breton grâce à la solidarité incarnée par une jeune artiste. Anaïs Normand a dessiné le portrait d'Ahmad, en 2016, dans l'enfer du camp de Moria, à Lesbos, qu'elle avait rejoint sur un coup de tête pour venir en aide aux réfugiés. Des liens qui se sont renforcés au fil des ans.

"Ahmad m'a dit : 'J'ai eu le passeport mais je ne sais pas où aller'. On a évoqué plusieurs villes, lieux... Je sentais que les grandes villes, ça l'effrayait un peu. À court d'idées, j'ai pensé à Bréhat. Et il a eu un flash", détaille l'artiste. À la messe du 15 août, le prêtre de la paroisse lance un appel à la solidarité. Quelques jours plus tard, la propriétaire d'une maison décide d'en suspendre la vente pour la louer à la famille d'Ahmad

L'association Bréhat Vit, que préside le médecin du village, se charge alors de tout le reste : "Il y a eu des personnes qui ont fait un listing sur tous les besoins nécessaires pour installer une famille et, ensuite, il y a eu un appel aux dons", explique-t-il. De quoi régler les premiers mois de location avec, déjà, une promesse d'embauche de charpentier métal pour le père de famille.

10 mois après...

À lire aussi
Bretagne
Bretagne : un pêcheur retrouvé mort, un autre disparu

Une belle histoire qui continue. Ahmad ne cache pas son bonheur d'avoir trouvé refuge sur cette petite île bretonne. "Les enfants, ça va. L'école, ça va", assure-t-il. Et il n'envisage pas d'installer sa famille ailleurs qu'ici.

"Les petites communautés, c'est un cadre privilégié pour l'intégration, les enfants... Tout est plus facile. Dans une grande ville, tout serait plus long, plus difficile. Ils sont dans un cadre qui leur plaît", ajoute Anais Normand.

Et le confinement a-t-il compliqué les choses ? Il a figé les procédures de régularisation mais les choses avancent puisque Ahmad a passé la visite médicale obligatoire pour valider définitivement son titre de séjour. Et la question du logement pour la rentrée est réglée, la propriétaire a accepté de leur louer, à nouveau, la maison.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Solidarité Réfugiés
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants