1 min de lecture Auto

Hausse du malus auto : "Nous demandons aussi une taxe sur les particules fines"

INVITÉ RTL - Le président de France Nature Environnement salue cette mesure gouvernementale qui vise seulement les émissions de CO2, mais réclame également une taxe sur les véhicules diesel.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
L'INVITE DE RTL MIDI DU 25/08/2017 Crédit Image : AFP / FRED TANNEAU | Crédit Média : Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière Journaliste RTL

Le gouvernement veut donc durcir le malus automobile et élargir la taxe sur les véhicules polluants, selon les informations du Parisien, parues vendredi 25 juin. Le bonus-malus repose sur un barème : plus un véhicule pollue, plus son propriétaire paye. Aujourd'hui, l'État souhaite abaisser ce seuil de 127g à 95g. De fait, plus de voitures devraient être concernées. "Pénaliser les voitures les plus polluantes, surtout les véhicules neufs, nous parait aller dans le bon sens", salue Michel Dubromel, président de France Nature Environnement, qui estime que cette mesure peut permettre de réduire la pollution atmosphérique. 

Michel Dubromel ne regrette pas que ce nouveau barème pénalise quasiment tous les véhicules, arguant qu'"il y a d'autres possibilités pour se déplacer". "Nous souhaitons que le gouvernement utilise cet argent pour aller vers de nouvelles mobilités, puisqu'il en existe de plus propres qui ne génèrent pas de pollution atmosphérique", souligne Michel Dubromel. 

Le diesel épargné

Pourtant, cette mesure ne fait pas que des heureux. Nombreux sont ceux qui dénoncent le fait que cette taxe ne concerne pas les moteurs diesel, que le gouvernement tente dans le même temps de réduire au sein du parc automobile, à cause des émissions de particules fines.

"Le problème des véhicules diesel nous le dénonçons depuis très longtemps et indépendamment de ceci nous critiquons tout soutien au diesel et nous participons aux commissions de travail pour que le diesel soit taxé comme les autres et pas uniquement sur la base du CO2", se justifie Michel Dubromel, qui précise que "depuis des années nous demandons une taxe sur les particules fines"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Auto Pollution Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants