2 min de lecture Transports

Grève du 5 décembre : comment les usagers des transports publics s'organisent

Alors qu'a débuté ce jeudi 5 décembre une grève massive, les usagers des transports publics parisiens doivent malgré tout travailler. Entre patience et débrouillardise, ils trouvent des solutions alternatives.

Des passagers touchés par la grève en Gare du Nord, mardi 24 septembre.
Des passagers touchés par la grève en Gare du Nord, mardi 24 septembre. Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
Camille Descroix
Camille Descroix
et AFP

Loin du tumulte habituel des matinées parisiennes, les halls des principales gares de la capitale sonnaient creux ce jeudi 5 décembre : face à la grève annoncée depuis des semaines, les usagers ont pris leurs précautions pour éviter une journée de galère dans les transports publics.

À la Gare Saint-Lazare, un des centres névralgiques des travailleurs franciliens, les "gilets rouges", ces agents d'informations de la SNCF, semblent aussi nombreux que les voyageurs.

Et les rares trains de banlieue qui entrent en gare sont loin d'être remplis. Mais si de nombreux Parisiens ont pris leur voiture, leur vélo ou opté pour du télétravail, certains n'ont pas le choix. 

La galère des usagers des transports publics

C'est le cas de José et Philippe, deux maçons qui attendent un train pour Sartrouville, au nord-ouest de Paris. "C'est chiant !", s'exclament-ils en chœur. "Nous, on a pas de voitures et on ne peut pas poser de jour de congé... Les chantiers n'attendent pas", regrette Philippe, 24 ans.

À lire aussi
Un train TER (illustration) confinement
Transports : vers un assouplissement des règles de distanciation

Un peu plus loin, devant les panneaux qui affichent les rares trains qui circulent, Didé regarde avec perplexité si elle pourra se rendre à Bécon, une banlieue proche de la capitale. "Je comprends la grève, mais je pense qu'il faudrait un service minimum. J'espère que mon patron va être compréhensif...", soupire cette hôtesse d'accueil.

Résigné, Mendes qui travaille dans le bâtiment, raccroche son téléphone. Faute de train, son patron lui a donné une journée de congé et il s'apprête donc à rebrousser chemin pour rentrer chez lui. 

Un seul mot d'ordre, la patience...

À Montparnasse, autre grande gare parisienne, un agent SNCF confie que seule une petite centaine de voyageurs a emprunté la ligne de Versailles, dix fois moins que d'habitude. Et pour les TGV, seuls 14 trains sont prévus sur toute la journée.

Du côté de la gare du Nord qui dessert plusieurs destinations européennes, le constat est similaire : patience et résilience dominent chez les rares voyageurs qui se sont risqués à tenter leur chance. 

"Je suis arrivé à 6 heures pour un train pour Amsterdam à 8h25. J'avais peur d'être là un peu trop tôt mais je ne regrette pas parce qu'il faut bien vérifier toutes les informations qu'on reçoit et celles qui sont affichées", déclare à l’AFP Kléber, un programmateur informatique de 27 ans, qui profite de son attente pour jouer du piano en libre-service dans la gare.

L'utilisation du vélo en hausse

Autre lieu de passage très fréquenté, la gare d'Antony, qui relie à la fois Paris et l'aéroport d'Orly, était elle aussi bien plus calme qu'à l'accoutumée. Jérémie, un gendarme de 39 ans de retour de la Réunion, se demande comment il va réussir à rentrer chez lui, mais assure comprendre les grévistes. "S'il faut en passer par là pour être écoutés, on fait avec", sourit-il. 

Contrastant avec les métros et les trains quasiment vides, le trafic cycliste était plutôt dense dans les rues parisiennes. La piste cyclable de la berge qui longe la Seine, prenait parfois des allures d'Amsterdam avec plus de vélos que de voitures et un ballet de lumières clignotantes rouges. 

Dans les rues, de nombreux piétons chaudement vêtus avaient sorti les plans ou les smartphones, applications de navigation ouvertes. La question de la durée du mouvement se pose désormais. "Aujourd'hui et demain, les gens se sont arrangés, mais je redoute beaucoup lundi... La galère va commencer", craint un agent de la SNCF à Montparnasse. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports Grève Grève SNCF
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants