1 min de lecture Santé

Glyphosate : quand Monsanto s'en prend aux scientifiques

Selon "Le Monde", l'entreprise qui produit le pesticide Roundup à base de glyphosate tente de décrédibiliser l'étude accablante du Centre international de recherche contre le cancer.

Le glyphosate est commercialisé par l'entreprise Monsanto, sous la marque "Roundup"
Le glyphosate est commercialisé par l'entreprise Monsanto, sous la marque "Roundup" Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Accuser un scientifique de corruption : c'est la dernière manoeuvre utilisée par Monsanto pour décrédibiliser les opposants à l'utilisation du glyphosate. Selon les informations du journal Le Monde, la firme productrice du pesticide Roundup s'est lancée dans une campagne de rumeurs visant Christophe Portier, toxicologue américain associé au Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) des Nations unies. 

À Bruxelles, siège de la Commission européenne, "des envoyés de Monsanto approchent depuis plusieurs jours des journalistes pour leur raconter une histoire explosive", écrit le quotidien. Selon ces rumeurs également propagées sur internet, Christophe Portier aurait été acheté par les avocats représentant les plaignants d'une action en justice contre Monsanto aux Etats-Unis, afin d'influencer l'avis du CIRC sur le glyphosate.

Le glyphosate "cancérogène probable" selon le CIRC

En mars 2015, le CIRC a classé le glyphosate, principe actif du Roundup commercialisé par Monsanto, comme "cancérogène probable". Interrogé par Le Monde, Christophe Portier dément les accusations de corruption selon lesquelles il aurait secrètement touché près de 160.000 dollars - environ 135.000 euros. Le scientifique confirme avoir conclu un contrat avec un cabinet d'avocat "mais après que l’avis du CIRC a été rendu".

À lire aussi
La cigarette est toujours à l'origine d'un décès sur huit en France santé
Journée sans tabac : patchs, thérapies, applis... Les conseils pour arrêter de fumer

Début octobre, Le Monde révélait déjà les pratiques douteuses de Monsanto en dévoilant le scandale des "Monsanto Papers". Visée par plusieurs plaintes aux États-Unis, l'entreprise est accusée d'avoir fait rédiger par ses employés des études contrant les accusations de toxicité du glyphosate, avant de les faire signer par des scientifiques.

Le CIRC est la seule agence sanitaire à avoir alerté sur les conséquences néfastes de l'utilisation du glyphosate. En 2015, l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a elle jugé que le risque cancérogène était "improbable". L'utilisation du glyphosate est débattue au sein de l'Union européenne, et les pays membres doivent se prononcer sur son autorisation le 25 octobre prochain.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Environnement Pesticides
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790587295
Glyphosate : quand Monsanto s'en prend aux scientifiques
Glyphosate : quand Monsanto s'en prend aux scientifiques
Selon "Le Monde", l'entreprise qui produit le pesticide Roundup à base de glyphosate tente de décrédibiliser l'étude accablante du Centre international de recherche contre le cancer.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/glyphosate-quand-monsanto-s-en-prend-aux-scientifiques-7790587295
2017-10-20 08:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/eJqGoELVF8aRLrTXS7waxw/330v220-2/online/image/2017/0925/7790229629_le-glyphosate-est-commercialise-par-l-entreprise-monsanto-sous-la-marque-roundup.jpg