2 min de lecture Transports

Gare du Nord : pourquoi le réaménagement provoque-t-il autant de remous ?

ÉCLAIRAGE - La gare du Nord prévoit de faire circuler 900.000 voyageurs en 2030 et doit être réaménagée d'ici à 2024. Mais les critiques pleuvent sur ce chantier pharaonique.

La gare du Nord à Paris en octobre 2015 (Illustration)
La gare du Nord à Paris en octobre 2015 (Illustration) Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Petit Biscuit

La mairie de Paris a annoncé mercredi 2 octobre son hostilité envers le réaménagement pharaonique de la gare la plus fréquentée d’Europe avec 700.000 voyageurs par an. En 2030, il devrait y en avoir 900.000.

En prévoyance d'un flux toujours croissant, des travaux doivent commencer fin 2019 et se terminer à l'occasion des Jeux olympiques de 2024. Mais le chantier fait grincer des dents à six mois des élections municipales de mars 2020.

La facture est salée : 600 millions d'euros ont été prévus par le département Gares & Connexions de la SNCF. Pour financer totalement le chantier, la filiale immobilière d'Auchan, Ceetrus, a été associée. En contrepartie de son aide financière, elle s'attend à louer 20.000 mètres carrés de boutiques (contre 5.000 aujourd'hui) et 14.000 mètres carrés de bureaux.

Construisons une gare pas un centre commercial

Construisons une gare, pas un centre commercial, disait en substance un collectif d'architectes de renom dans une tribune publiée par Le Monde début septembre. Ils qualifient le projet "d'inacceptable". Ils dénoncent que les voyageurs seront forcés de traverser le centre-commercial pour rejoindre les quais à travers un chemin rendu complexe.

À lire aussi
L'application Uber transports
Uber va proposer d'enregistrer les conversations pendant les trajets

Les architectes de la gare ont répondu que la complexité était liée à l'impossibilité d'ajouter des voies. Ils mettent en avant de nouveau espaces qui offriront "plus de confort et moins de stress".

Une décision politique avant les municipales

Au-delà de l'aspect de la future gare, la question devient politique à six mois des élections municipales. La Ville de Paris, qui n'a qu'un rôle consultatif, a donc désapprouvé le projet malgré qu'un avis favorable ait été voté le 10 juillet dernier. La mairie veut réduire les ambitions du projet et accorder un financement public.

Malgré l'opposition de Paris, le chantier peut quand même être poursuivi puisque c'est l'État qui doit délivrer le permis de construire

De plus, Ceetrus, la filiale d'Auchan associée au projet, est par ailleurs promoteur du projet de l'immense centre-commercial EuropaCity dans le Val-d'Oise, qui lui aussi est hautement polémique. Initialement, le projet voulait créer 230.000 mètres carrés de boutiques, salles de spectacle, un parc aquatique et même une piste de ski artificielle sur 80 hectares de complexe au total.

Jean-Louis Missika, l'adjoint à l'urbanisme de Paris s'inquiète, dans Libération, que le gouvernement enterre le projet d'EuropaCity contre le maintien du projet de gare du Nord.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports SNCF Chantier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants