1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Fusillade à "Charlie Hebdo" : Marine Le Pen sera-t-elle invitée à la grande marche républicaine ?
1 min de lecture

Fusillade à "Charlie Hebdo" : Marine Le Pen sera-t-elle invitée à la grande marche républicaine ?

La Présidente du Front National n'a pour l'instant pas été conviée au grand rassemblement d'union nationale.

Marine Le Pen, présidente du Front National (illustration)
Marine Le Pen, présidente du Front National (illustration)
Crédit : FRED DUFOUR / AFP
Fusillade à "Charlie Hebdo" : Marine Le Pen sera-t-elle invitée à la grande marche républicaine ?
02:21
Paul Guyonnet
Paul Guyonnet

Après le drame, le temps du deuil et du "rassemblement", comme l'a tant martelé François Hollande, au soir de la tuerie du journal satirique. Les différents partis politiques se sont donc accordés sur l'organisation d'une marche républicaine dimanche 11 à Paris, entre la place de la Nation et celle de la République à 15h. 

Manuel Valls a notamment appelé Nicolas Sarkozy pour que la classe politique dans son ensemble se coordonne en vue de l'événement, que l'unité nationale s'affiche concrètement. Néanmoins, un parti est pour le moment laissé pour compte : le Front National. 

Sa président, Marine Le Pen, a ainsi regretté ne pas avoir été conviée à la cérémonie, dénonçant une "vraie-fausse unité nationale", comme l'explique Elizabeth Martichoux, chef du service politique de RTL. "J'ai appris qu'il y avait une réunion cet après-midi de l'ensemble des partis politiques", a déclaré la présidente du parti. "Le FN n'a toujours pas reçu d'invitation. J'attends donc car il est évident que l'unité nationale ne peut exclure un parti qui représente 25% des Français." 

Une question qui gêne la classe politique

Une fois de plus, le parti d'extrême-droite met donc mal à l'aise le reste de la classe politique, et notamment le parti socialiste. Après avoir clamé qu'il n'était pas question de défiler avec le FN, certains députés de la majorité dont Olivier Faure ont nuancé leurs propos, expliquant qu'il ne fallait exclure personne

À lire aussi

Dans la matinale de RTL, Manuel Valls semblait déjà mal à l'aise sur la question. "Il ne peut y avoir d'exclusion mais il est évident que l'unité nationale se fait aussi autour de valeurs, de valeurs profondément républicaines, de tolérance, de refus d'amalgame."

En 2012, après les attentats de Mohamed Merah, Marine Le Pen avait été associée aux cérémonies nationales. Reste à savoir s'il en sera de même cette année.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/