1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Fin des tests gratuits : qui est réellement concerné par la mesure ?
1 min de lecture

Fin des tests gratuits : qui est réellement concerné par la mesure ?

ÉCLAIRAGE - La décision de dérembourser certains tests PCR et antigéniques concerne en réalité une très faible portion de la population.

Laboratoire (illustration)
Laboratoire (illustration)
Crédit : Jody Amiet / AFP
Victor Goury-Laffont

Une mesure qui semble provoquer un grand bouleversement, mais qui touche dans les faits très peu de gens. À partir de ce vendredi 15 octobre, les tests PCR et antigéniques "de confort", comme les avait qualifiés le Premier ministre Jean Castex, deviennent payants. 

Concrètement, les personnes non-vaccinées qui souhaitent bénéficier du passe sanitaire devront, en principe, débourser entre 22 et 44 euros pour se faire dépister. Mais les tests resteront gratuits, peu importe l'état de vaccination, dès lors que l'on présente des symptômes de la Covid-19 ou a été en contact avec un malade. Avec un schéma vaccinal complet, aucun justificatif ne sera exigé. Pour les non-vaccinés, une prescription médicale ou "justificatif de contact à risque" devra être fourni.

Les mineurs, peu importe leur schéma vaccinal, pourront continuer à être testé gratuitement. Autre cas de figure plus rare : le dépistage n'est pas payant en cas de contre-indication au vaccin. Les dépistages seront aussi remboursés pour les personnes qui sont récemment revenus de pays placés sur liste rouge et qui viennent de compléter leur quarantaine. De même, les tests restent gratuits dans les territoires en état d'urgence sanitaire : la Guyane, la Guadeloupe et la Martinique

Moins de 10% de personnes concernées

Selon les estimations du Monde, le déremboursement concerne donc une très faible part de la population, moins de 10%, qui pourra de plus continuer à bénéficier de tests gratuits dans les cas de figures énoncés avant.

À lire aussi

Malgré cela, le président du Syndicat des biologistes, François Blanchecotte, s'attend à une "chute brutale, d'environ 80%", comme il le confiait à l'AFP. Autre source d'inquiétudes : que ce déremboursement empêche de suivre aussi efficacement l'évolution de l'épidémie.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/