1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Fin de vie : le comité éthique pose de nombreux garde-fous
1 min de lecture

Fin de vie : le comité éthique pose de nombreux garde-fous

Si le Comité national consultatif d'éthique (CCNE) a ouvert la voie à une "aide active à mourir", il pose également de nombreux garde-fous. La décision finale reviendra au médecin du patient.

C'est le malade lui même qui s'administrerait le produit létal.
C'est le malade lui même qui s'administrerait le produit létal.
Crédit : Eric LALMAND / Belga / AFP
Fin de vie : le comité éthique pose de nombreux garde-fous
00:01:38
Odile Pouget - édité par Jeanne Le Borgne

C'est un débat douloureux, qui renvoie à l'intime, qui s'ouvre après l'avis du comité national d'éthique sur la fin de vie, favorable à la légalisation de l'euthanasie. Les Sages préfèrent d'ailleurs parler d'une aide active à mourir

Cette possibilité concernerait des malades qui ne trouvent pas de solution aujourd'hui parce que leur pronostic vital n'est pas engagé à court terme et qu'ils ne peuvent donc pas bénéficier d'une sédation profonde et continue jusqu'au décès. Il s'agit de personnes atteintes de maladies rares, incurables, qui souffrent de cancer ou de pathologies dégénératives et qui vont mourir dans quelques semaines, quelques mois, dont les souffrances physiques et psychiques sont insupportables et ne répondent à aucun traitement. 

Pour accéder à cette "aide active à mourir", le comité d'éthique pose de très nombreux garde-fous.
- La demande doit émaner d'une "personne majeure, libre, en dehors de toute pression"
- La demande doit être "éclairée, constante, réitérée" ;
- Et elle doit être "accompagnée d'une lettre écrite, argumentée".
La décision reviendra ensuite au médecin du patient à l'issue d'une procédure rassemblant d'autres professionnels de santé. Et c'est le malade lui-même qui s'administrerait le produit létal : on parle de "suicide assisté".

Pour les malades qui ne peuvent plus accomplir ce geste, c'est le médecin qui le ferait : on parlerait alors "d'euthanasie", avec la mise en place réclamée par le comité d'éthique d'une clause de conscience pour les médecins, accompagnée d'une obligation d'adresser le patient à un autre médecin en cas de refus. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire