2 min de lecture Consommation

Fin de la taxe d'habitation : votre loyer va-t-il augmenter ?

80% des Français connaîtront une première baisse de la taxe d'habitation de 30% à l'automne, avant d'en être totalement exonérés d'ici 3 ans.

La hausse des loyers devrait particulièrement se faire sentir dans les grandes agglomérations. (illustration)
La hausse des loyers devrait particulièrement se faire sentir dans les grandes agglomérations. (illustration) Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Camille Schmitt
Camille Schmitt
Journaliste

C'est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron, qui pourrait bien être un cadeau empoisonné. La suppression de la taxe d'habitation, qui doit être mise en application à partir d'octobre 2018, pourrait faire augmenter les loyers à moyen terme, bien que cela paraisse contre-intuitif.

Cette suppression doit se faire progressivement : 80% des Français connaîtront une première baisse de 30% à l'automne, avant d'en être totalement exonérés d'ici 3 ans. Tous les Français ne paieront plus la taxe d'habitation d'ici 2020.

Au total, les ménages doivent économiser en moyenne, sur leur budget logement, 864 euros par an, d'après le ministère des Comptes et de l'Action publics. Un sacré coup de pouce, donc. Mais avec cet argent "supplémentaire", les propriétaires vont être tentés de répercuter ce cadeau fiscal sur le prix des loyers, qui devrait augmenter.

Les nouveaux baux touchés en premier

Si vous déménagez prochainement, vous serez les premiers touchés par cette mesure. En effet, ce sont les nouveaux baux qui vont subir la hausse des loyers. "L'augmentation des loyers due à la suppression de la taxe d'habitation doit concerner seulement 4 à 5% de la population à court terme", explique à RTL.fr Étienne Wasmer, professeur d'économie à la New-York University d'Abu Dhabi et à Sciences Po Paris. D'autant plus que les locations privées ne représentent que 20% environ du parc locatif global.

À lire aussi
Des bouteilles Coca-Cola en plastique consommation
Coronavirus : vers une pénurie de Coca-Cola ?

Il est fort à parier que les propriétaires ne répercuteront pas l'intégralité de la suppression de la taxe sur le loyer d'un seul coup. Mais la hausse devrait se faire particulièrement sentir dans les "zones tendues", c'est-à-dire le centre des grandes agglomérations où la demande de logements est très forte.

L'indice référence loyer, un garde-fou

La plupart des locataires seront protégés d'une trop forte hausse de leur loyer grâce à l'indice de référence loyer. "Celui-ci interdit aux propriétaires d'augmenter au-delà d'un certain seuil les loyers, en cours de bail", explique Étienne Wasmer. Donc si vous restez dans votre logement, vous ne devriez pas beaucoup ressentir les effets de la suppression de la taxe.

Dans quelques années en revanche, on devrait observer une hausse globale des loyers, consécutive à la suppression de la taxe d'habitation. Les locataires changent de logements à peu près tous les 4 à 5 ans : à cette période, les baux seront beaucoup à être renouvelés, et les propriétaires feront ainsi augmenter en masse leurs loyers. 

Même la loi Duflot, qui interdit l'augmentation du prix du loyer au-delà d'un certain seuil entre deux baux pour éviter les abus, ne pourra pas empêcher cette hausse globale des loyers à long terme. "Mais les propriétaires trouvent toujours un moyen de contourner cette interdiction", pointe du doigt l'économiste, notamment en effectuant des travaux de rénovation pour justifier l'augmentation. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Taxe Habitat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants