2 min de lecture États-Unis

États-Unis : les frais de scolarité font des générations endettées à vie

Outre-Atlantique, les jeunes s'endettent pour faire des études supérieures depuis longtemps. Mais les frais de scolarité augmentent de 9 à 12% par an, sans revalorisation du diplôme à l'arrivée.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
États-Unis : les frais de scolarité font des générations endettées à vie Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

Les autorités américaines commencent à s’inquiéter de l’incroyable augmentation des prêts étudiants. La dette des étudiants atteint 1.300 milliards de dollars, ça fait 1.200 milliards d’euros, c’est davantage que les prêts pour acheter des voitures. Cela représente la moitié de la dette publique française. La dette moyenne par étudiant est de 32.000 euros aux États-Unis. Il y a aujourd’hui 44 millions d’étudiants et surtout d’ex-étudiants qui se sont endettés pour financer leurs études, et 8 millions d’entre eux sont en défaut de paiement. Le plus spectaculaire, c’est que cette dette a progressé de 170% sur dix ans, c’est-à-dire presque triplé depuis depuis 2006.

C'est l’envolée des frais de scolarité qui explique un tel bond. Alors que l’inflation n’est que de 2,5% aux États-Unis, le prix d’une année à l’université progresse de 9 à 12% par an. Une année dans l’un des meilleurs college du pays peut coûter jusqu’à 70.000 euros par an. Les étudiants contractent donc des emprunts pour financer cela, dans l’espoir de décrocher ensuite un bon salaire qui leur permettra de rembourser. 

Le problème, c’est que nombre d’entre eux abandonnent les études en cours de route, ou sont éjectés par le système si leurs résultats ne sont pas bons. Ils se retrouvent avec une dette sans diplôme, et un salaire plus faible. Ce sont ceux-là qui bien souvent sont en défaut de paiement. Ils peuvent traîner un prêt étudiant toute leur vie. Les plus de 60 ans sont la génération où l’en-cours de prêts étudiants a le plus augmenté. Il s’agit de prêts non remboursés, bien souvent refinancés. 

Les raisons d'une telle hausse des frais de scolarité

Pour expliquer cette hausse des frais de scolarité, il faut dire que toutes les universités et écoles sont lancées dans une course au chiffre d’affaires. D’abord parce que les subventions des états américains ont diminué. Elles ont chuté de près de 2.000 euros par an et par étudiant dans les années récentes. Et ensuite parce qu’elles veulent recruter des étudiants étrangers, ceux qui payent plein pot, et des donateurs fortunés.

À lire aussi
Elon Musk espace
SpaceX : après le décollage, Elon Musk se moque du patron de l'agence spatiale russe

Elles investissent donc dans des locaux sinon luxueux, du moins confortables. Elles recrutent des professeurs étrangers à grands frais. Et surtout, elles ont besoin de lancer des campagnes de marketing. Certaines écoles dépensent presque la moitié de leur budget en communication… Une aberration, qui conduit à un phénomène de bulle : plus les universités dépensent pour recruter, plus les étudiants sont contraints de s’endetter, puisque les frais de scolarité augmentent, sans que la qualité des diplômes s’améliore, puisqu’on n’investit pas dans la formation elle-même. C’est une conséquence inattendue et regrettable de la mondialisation du marché de la formation supérieure, avec le déchaînement d’une concurrence, les établissements américains occupent une place centrale.

Les montants sont importants, mais pas de quoi mettre en péril le système financier américain. Pour régler le problème, il faudrait un plan d’allègement des dettes excessives. Bush l’avait mis en place, Obama avait lui aussi pris des mesures pour interdire les frais de recouvrement facturés aux surendettés, mais la nouvelle administration Trump remet tout cela en cause. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Études supérieures Amérique du Nord
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants