1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. États-Unis : comment le Texas et l'Ohio font reculer le droit à l'IVG
2 min de lecture

États-Unis : comment le Texas et l'Ohio font reculer le droit à l'IVG

Le Texas souhaite que les fœtus soient enterrés, tandis que l'Ohio est en passe de réduire le délai légal pour avorter à six semaines.

Des manifestants américains qui militent pour le droit à l'IVG (Image d'illustration)
Des manifestants américains qui militent pour le droit à l'IVG (Image d'illustration)
Crédit : MANDEL NGAN / AFP
Marie-Pierre Haddad

Aux États-Unis, l'État du Texas pourrait s'apprêter à entériner de nouvelles règles concernant l'interruption volontaire de grossesse. Fin novembre, l'État a apporté les derniers détails à un texte qui concerne les femmes qui ont recours à l'IVG, ou celles qui sont victimes de fausses couches. À partir du 19 décembre prochain, les fœtus devront être enterrés ou incinérés, quelle que soit la période de gestation. À noter que ce texte ne nécessite "même pas un vote ou un examen législatif, car il a été créé par les services sanitaires", explique Le Monde.

Selon Greg Abbott, le gouverneur républicain du Texas, ces nouvelles mesures vont permettre de limiter "la propagation d'éventuelles maladies contagieuses", rapporte Le Figaro. Dans un email envoyé à CNN, il explique que "la vie humaine n'est pas une marchandise ou un inconvénient, c'est notre droit le plus fondamental, sans lequel nous n'avons pas d'autres droits. Je crois qu'il est impératif d'établir des normes plus élevées qui reflètent notre respect pour la sainteté de la vie. C'est pourquoi le Texas exigera des cliniques ou des hôpitaux d'enterrer ou de crémation des restes humains ou fœtus". Mais David Brown, membre d'une association, se bat contre ces nouvelles règles instaurées au Texas. Dans les colonnes du Texas Tribune, il explique que "ces nouvelles restrictions révèlent l'indifférence insensible que les politiciens du Texas ont envers les femmes".

"Heartbeat bill"

Dans l'Ohio, le délai légal pour avoir recours à l'IVG a été raccourci à six semaines. Le gouvernement estime qu'il "faut se référer aux battements de cœur du fœtus. L'avortement serait donc interdit après six semaines, moment où le cœur du fœtus peut être entendu", explique le site de Marie-Claire. Le projet de loi s'appelle "Heartbeat bill" (le projet de loi battement de cœur). Jugée comme étant la mesure "la plus restrictive du pays", elle a fait monter au créneau des associations luttant pour les droits des femmes. "Après avoir passé un an à présenter des lois anti-avortement sous couvert de texte censés protéger la santé et la sécurité des femmes, ils ont enfin révélé leur véritable objectif : interdire l'IVG dans l'Ohio", estime Dawn Laguens, porte-parole du Fonds d'action du Planning Familial au Huffington Post, repéré par Aufeminin.com.

L'élection de Donald Trump pourrait avoir encouragé ces mesures. Selon Radio Canada, le président du Sénat de l'Ohio, Keith Faber, a expliqué qu'"un nouveau président, de nouvelles nominations à la Cour suprême... Cela change la dynamique. Il y avait un consensus au sein de notre caucus pour aller de l'avant". Le projet de loi a été approuvé au Sénat. Il doit désormais être examiné par le gouvernement de l'Ohio. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/