1 min de lecture Environnement

États généraux de l'alimentation : ce qui va changer dans nos assiettes

Après cinq mois de discussions, les états généraux de l'alimentation, promis par Emmanuel Macron dans sa campagne présidentielle, vont s'achever ce jeudi 21 décembre. Ils vont déboucher sur une série de mesures.

C'est notre plane`te - C'est notre Planète Virginie Garin iTunes RSS
>
États généraux de l'alimentation : ce qui va changer dans nos assiettes Crédit Image : AFP / Martin Bureau | Crédit Média : Virginie Garin | Durée : | Date : La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin et Loïc Farge

Ce que nous mangeons devrait être de meilleure qualité et plus sain. C'est en tout cas le but. Les contrôles sur la sécurité alimentaire vont être renforcés. Toutes les filières (viande, fruits et légumes, produits laitiers) vont s'engager à développer dans leurs rayons les labels de qualité (du bio, du local), ou encore des démarches, comme le lait de "C'est qui le patron", qui demandent aux consommateurs de décider des méthodes de production et de former le prix.

Même chose dans les cantines. L'objectif va être confirmé ce jeudi 21 décembre : il y aura 50% de bio, de label et de produits de proximité avant 2022. Le gouvernement veut réduire les pesticides. Il va commencer par interdire le glyphosate. Il va améliorer le bien-être des animaux dans les abattoirs, en renforçant les sanctions pénales.

Le deuxième volet : les prix

Tout cela va se négocier dans les mois qui viennent. On a fait jusqu'à présent le diagnostic. C'est surtout  maintenant que tout commence. Toutes les filières vont devoir faire une petite révolution.

Pour fixer les prix aussi. C'est le deuxième volet. Pour qu'il y ait encore des agriculteurs en France, une loi sera débattue en début d'année pour mieux encadrer la formation des prix et limiter les promotions.

À lire aussi
Une rue près de la tour Eiffel à Paris, au douzième jour de confinement visant à freiner la propagation du Covid-19 en France. environnement
Coronavirus et confinement : "Une trêve passagère pour le climat," dit un médecin

Cela va nous concerner, car les produits seront un peu plus chers dans les magasins, de quelques pour-cents. Mais en échange, les producteurs devraient nous offrir plus de qualité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Agriculture Alimentation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants