2 min de lecture Santé

Essai clinique à Rennes : les laboratoires Bial et Biotrial auraient menti aux volontaires

"Le Figaro" révèle ce vendredi 22 avril que les laboratoires Bial et Biotrial, en charge de tester une molécule sur des volontaires, auraient caché des informations à ces derniers. Les laboratoires démentent.

Un laboratoire de recherche (Illustration)
Un laboratoire de recherche (Illustration)
James Abbott
James Abbott

L'affaire de l'accident après un essai thérapeutique à Rennes en janvier pourrait être relancée après la révélation de nouveaux éléments. Volontaires pour tester une molécule développée par le laboratoire portugais Bial, cinq personnes ont connu de graves problèmes neurologiques, et une personne est morte le 17 janvier 2015 après cet essai qui s'est déroulé dans les locaux du laboratoire Biotrial à Rennes.

Un document de 13 pages a été signé par chaque participant au test de ce cannabinoïde, et Le Figaro révèle vendredi que les volontaires n'ont pas été informés de tous les risques, et notamment des lésions observées chez l'animal à qui on a administré la même molécule. Les effets neurologiques, constatés lors des études animales n'ont pas du tout été évoquées dans ce document.

Bial et Biotrial assurent avoir informé les volontaires selon les règles

Trois "manquements majeurs" avaient déjà été évoqués par la ministre de la Santé Marisol Touraine en février. Mais le laboratoire portugais Bial et le centre d'essais cliniques Biotrial ont assuré vendredi soir avoir informé dans les règles les volontaires avant l'essai clinique.

Bial a rapidement réagi vendredi suite aux accusations du Figaro : "Tous ces documents ont été rédigés de façon conforme à la réglementation, comme a pu le juger le CPP (comité de protection des personnes) qui les a validés, explique un porte-parole à l'AFP. 

À lire aussi
Olivier Véran et Jean Castex à l'hôpital nord de Marseille, le 24 octobre 2020. Coronavirus France
Les infos de 18h - Marseille : "La progression de l'épidémie n'est pas terminée", prévient Castex

L'appréciation n'est en rien remise en cause" par le rapport du groupe de spécialistes mis en place par l'Agence nationale du médicament (ANSM) après l'accident, selon le laboratoire portugais. "Biotrial n'a ni menti ni caché quoi que ce soit aux volontaires", a réagi de son côté le centre d'essais cliniques rennais dans un communiqué. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Médecine Rennes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants