1 min de lecture Société

Essai clinique mortel à Rennes : l'Agence du médicament dans la tourmente

Selon "Le Figaro", le dossier d'instruction pointe de graves dysfonctionnements au sein du laboratoire rennais Biotrial, dont l'un des essais a conduit à la mort d'un homme en janvier dernier.

Un couloir d'hôpital. (illustration)
Un couloir d'hôpital. (illustration) Crédit : PASCAL PAVANI / AFP
Clarisse Martin
Clarisse Martin
et AFP

Près de 10 mois après le décès de l'un des volontaires pour un essai clinique d'une molécule du laboratoire portugais Bial, en janvier 2016, l'Agence nationale de sécurité du médicament est dans la tourmente. Mediapart et Le Figaro ont tous deux publié, lundi 10 octobre, des éléments accablants pour l'ANSM, qui conteste ces accusations.

Le site dirigé par Edwy Plenel accuse l'agence sanitaire d'avoir "ignoré une alerte cruciale sur l'essai clinique", et d'avoir masqué cet agissement en "édulcorant un rapport interne", à destination des services de la ministre de la Santé Marisol Touraine, qui auraient, en s'appuyant sur une version réécrite du rapport, conclu que "cet accident était totalement imprévisible et que rien ne permettait d'anticiper la toxicité de la molécule testée" sur des volontaires sains, dédouanant ainsi les laboratoires de leurs responsabilités. Une instruction judiciaire est néanmoins en cours.

Le Figaro de son côté publie des témoignages des autres volontaires, contenus dans le dossier d'instruction de l'affaire. Des révélations qui accablent tout autant le laboratoire Biotrial, qui testait la molécule du laboratoire Bial. L'ANSM a répondu aux accusations et les "dément catégoriquement" dans un communiqué, faisant valoir l'examen du dossier réalisé par des "experts indépendants".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants