1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Église : "C'est un grand pas en avant !", témoigne une fille de prêtre
1 min de lecture

Église : "C'est un grand pas en avant !", témoigne une fille de prêtre

INVITÉE RTL - Anne Marie Jarzac, fille d'un prêtre et d'une nonne et présidente de l'association française des enfants du silence réagit à la possible reconnaissance des enfants de religieux catholiques.

Un prêtre en pleine prière.
Un prêtre en pleine prière.
Crédit : AFP / FRANCOIS GUILLOT
Église : "C'est un grand pas en avant !", témoigne une fille de prêtre
04:47
Église : "C'est un grand pas en avant !", témoigne une fille de prêtre
04:47
micro generique
La rédaction de RTL - édité par William Vuillez

L’Église de France s'empare du sujet tabou des enfants de prêtres qui remet en cause le célibat de ces derniers. Début février, trois de ces enfants ont été reçus, par le secrétaire général de la Conférence des évêques de France. Ce dimanche Anne-Marie Jarzac était l'invitée de RTL, fille d'un prêtre et d'une nonne et présidente de l'association française des enfants du silence, association composée d'une cinquantaine d'enfants.

"C'est un grand pas en avant ! Pour la première fois, on nous a écoutés, on nous a regardés, avec bienveillance. C'est un événement. Nous avons tellement été passés sous silence jusqu'à présent que nous ne pouvons que reprendre espoir.", explique Anne-Marie.
"L’Église a l'air d'évoluer puisque le Pape demande aux prêtres qui ont un enfant, de quitter leur ministère et d'élever leurs enfants", poursuit-elle en soulevant le problème du "célibat des prêtres". "Il faudrait que les prêtres aient le choix du célibat ou du mariage. On impose une règle disciplinaire qui est difficile", estime-t-elle.

"Le fruit du pêché"

Pour Anne-Marie, les enfants de prêtres vivent une véritable souffrance. Ils sont considérés comme "le fruit du pêché, de la transgression. Même en 2019, ce n'est pas anodin d'être un enfant de prêtre", explique-t-elle.

"On n'ose pas dire notre nom, parler de notre histoire (...) J'ai été élevée dans le secret jusqu'à l'âge de 16 ans", ajoute-t-elle. "J'ai écrit au pape, plusieurs fois. Je souhaiterais que les enfants de prêtres puissent aller à Rome le rencontrer. Je souhaiterais qu'on ait un geste de reconnaissance et des paroles bienveillantes", a conclu la présidente de l'association.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/