1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. ÉDITO - Voitures hybrides : François Lenglet explique pourquoi les ventes déclinent en France
3 min de lecture

ÉDITO - Voitures hybrides : François Lenglet explique pourquoi les ventes déclinent en France

Les ventes de voitures hybrides en France ont chuté de 12,6% par rapport à mai 2021, notamment à cause de la récente interdiction des véhicules thermiques d'ici 2035.

La Peugeot 508 Sport Ingineered, nouvelle voiture hybride de Peugeot.
La Peugeot 508 Sport Ingineered, nouvelle voiture hybride de Peugeot.
Crédit : Peugeot
ÉDITO - Voitures hybrides : pourquoi les ventes déclinent en France ?
00:03:28
ÉDITO - Voitures hybrides : pourquoi les ventes déclinent en France ?
00:03:28
François Lenglet - édité par Charlène Slowik

Les ventes de voitures hybrides rechargeables déclinent, alors qu’on la présentait comme la technologie du futur. L’hybride rechargeable, c’est un peu le "en même temps" de la voiture. Elle possède en même temps un bon vieux moteur à essence, qu’on appelle thermique, et un moteur électrique qu’on peut recharger sur une prise ou une borne, l’un prenant le relais de l’autre en fonction de la vitesse. Et le mois dernier, leurs ventes en France ont chuté de 12,6% par rapport à mai 2021. Alors que les tout électrique progressaient, elles, de plus de 30% d’un an sur l’autre.

Il semble que les acheteurs se détournent de ces modèles parce qu’ils sont d’abord moins subventionnés par les fameux bonus écologiques que les tout électrique. Pourtant ces véhicules restent chers à cause du double moteur, en moyenne 9.000 euros de plus qu’une voiture classique. Ensuite, il faut les charger souvent à cause de leur faible autonomie électrique, rarement plus de 50 kilomètres, sauf chez les constructeurs allemands. Et lorsqu’ils roulent à l’essence, ils consomment davantage que les voitures normales, car ils sont plus lourds à cause de la batterie.

En contrepartie, ils possèdent un avantage important : ils ne sont pas tributaires du réseau de bornes, puisque le moteur à essence peut prendre le relais quand la batterie est à plat. Cela veut dire plus de liberté et d’autonomie sur les grands trajets, pas besoin de galérer pour trouver une recharge accessible, compatible et disponible. On ne le dit pas beaucoup, mais c’est toujours compliqué de rouler en électrique pur si vous traversez la France, en particulier en dehors des grands axes et des agglomérations. Ce n’est pas beaucoup mieux que du temps de la diligence. L’hybride est donc une très bonne technologie intermédiaire, le temps que nos pays s’équipent.

Quel est l'avenir de la technologie hybride ?

C’est probable que la technologie hybride ne dure pas, notamment avec la récente décision du Parlement européen. Tous les hybrides, qu’ils soient rechargeables ou non, seront interdits à la vente sur le marché du neuf, dans toute l’Europe, à partir de 2035, en même temps que les voitures à essence. Seules subsisteront les 100% électriques. Les voitures à essence d’occasion pourront continuer à circuler, mais probablement pas partout, peut-être pas dans les villes en particulier.

À lire aussi

Le Parlement a voté cette décision, mais le Conseil européen doit l’entériner la semaine prochaine, et elle devrait être adoptée définitivement à l’automne. Si c’est le cas, l’Europe aura mis seulement une petite vingtaine d’années pour se débarrasser du carburant, sur les véhicules neufs seulement. Il faut le préciser à nouveau, cela constitue un saut d’une rapidité inouïe compte tenu des investissements industriel que cela induit.

Tout cela s'est fait à coup de normes de pollution de plus en plus draconiennes, assorties d’amendes élevées pour les constructeurs qui ne les respectent pas et à coup de subventions publiques massives pour faire baisser le coût des nouveaux véhicules. Il restera quand même une question qui n’est pas anodine : comment augmenter notre production d’électricité pour alimenter les voitures sans utiliser les énergies fossiles émettrices de carbone, gaz, charbon ou fuel ?

Faute de cela, nous regretterons les bons vieux moteurs. Il faut rappeler qu’une voiture électrique qui marche à l’électricité produite au charbon, on les utilisera en France cet hiver, émet plus de carbone qu’un diesel.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/