1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. ÉDITO - Aides aux entreprises : le système européen "a explosé au moment de la crise Covid", pointe François Lenglet
2 min de lecture

ÉDITO - Aides aux entreprises : le système européen "a explosé au moment de la crise Covid", pointe François Lenglet

Les entreprises françaises s’alarment d’une nouvelle concurrence déloyale, au sein même du continent européen.

Le drapeau européen flotte devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, le 25 mars 2021. (Illustration)
Le drapeau européen flotte devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, le 25 mars 2021. (Illustration)
Crédit : ARIS OIKONOMOU / AFP
LENGLET-CO - Aides aux entreprises : le système européen "a explosé" avec la crise Covid
00:02:52
LENGLET-CO - Aides aux entreprises : le système européen "a explosé" avec la crise Covid
00:02:52
François Lenglet - édité par Baptiste Marin

Le représentant des entreprises françaises, le Medef, redoute que les différences d’aides dans les pays européens face à la montée des prix de l’énergie ne créée une distorsion de concurrence. Les sociétés de l'Hexagone pourraient en être les victimes. En clair, si les autres pays aident davantage leurs entreprises que la France, les conditions de production ne seront plus les mêmes au sein du marché unique.

Cela donnera un avantage à certains, qui pourront du coup vendre moins cher et donc écraser les autres producteurs, moins aidés. Cela vaut principalement pour l’industrie, l’automobile par exemple, qui est très consommatrice d’énergie. L'Allemagne prévoit 200 milliards d'euros d’aides sur deux ans, bien davantage que ce qu’a décidé jusqu’ici la France. Le bouclier tarifaire en Allemagne est de 130 euros le mégawattheure pour les entreprises, nous dit le medef, il est bien plus élevé en France.

Avant la pandémie, les aides d’État aux entreprises étaient contrôlées par la Commission européenne, justement pour éviter le favoritisme national. Tout le système a explosé au moment de la crise Covid, face à l'urgence. On a permis aux différents États d’aider leurs entreprises à leur guise, sans les embêter. 

La France a favorisé les ménages

Du coup, l’État le plus riche, et aussi le mieux géré, il faut le dire, bénéficie de la plus grande marge de manœuvre. En France, on a moins d’argent et on a misé beaucoup sur l’aide aux ménages. Et le paradoxe, c’est que Bruxelles est peu regardant sur les aides et au contraire très rigide sur le prix même de l’électricité.

À lire aussi

De facto, c'est Bruxelles qui fixe le prix de l’électricité. Les règles du marché européen de l'énergie imposent que le prix de l'électricité soit lié à celui du gaz. Les règles sont devenues absurdes avec l’envolée du prix du gaz consécutive à la guerre d’Ukraine. L’Espagne, le Portugal et la Grèce ont d'ailleurs obtenu une dérogation, qui leur permet de fixer le prix de l’électricité à partir de leur coût de production national.

Ils l’ont obtenu parce que leur système énergétique est en autarcie par rapport au reste de l’Europe. La France et d’autres voudraient qu’on aille plus loin pour que chaque pays puisse fixer son tarif. Mais Bruxelles n’en démord pas.

À Bruxelles, on redoute la fragmentation du marché unique. En résumé, on veut maintenir les règles communes pour le prix de l’électricité, mais pas pour les aides d’État. Le résultat risque d’être problématique avec l’affaiblissement des entreprises dans les pays où elles sont moins aidées et en raison des délocalisations dans les zones du monde où l’énergie est moins chère, en Asie et aux États-Unis. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info