2 min de lecture Société

Écoles : une semaine du sport pour pousser les enfants à bouger plus

REPORTAGE - Les organisateurs de Paris 2024 lancent lundi 1er février la 4e édition de la semaine du sport olympique et paralympique à l'école. Une initiative qui se révèle également bénéfique pour les enseignants.

Stephane Carpentier RTL Evenement Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Paris 2024 organise une semaine du sport dans les écoles Crédit Image : GILE MICHEL/SIPA | Crédit Média : Isabelle Langé | Durée : | Date : La page de l'émission
Isabelle Langé
Isabelle Langé édité par Quentin Marchal

Lundi 1er février, Paris 2024 va lancer la 4e édition de la semaine du sport olympique et paralympique à l'école. Cet événement est l'occasion d'inciter les élèves à faire plus de sport car c'est une nécessité. En effet, les capacités physiques des adolescents français ont fortement diminué ces 40 dernières années et le premier confinement du printemps dernier a fait prendre du poids aux enfants.

Avec leur slogan "Bougez plus", les organisateurs de Paris 2024 et leur patron, Tony Estanguet, estiment qu'il y a urgence : "Je ne peux pas vivre sereinement avec cette image des Français qui sont en plus mauvaise santé qu'il y a 40 ans, qui ont perdu un quart de leur condition physique et avec des enfants qui sont de plus en plus en situation d'obésité".

L'une des préconisations de Tony Estanguet est donc de bouger 30 minutes au quotidien : "Tous les jours on dort, on mange, on boit mais il faut qu'on fasse du sport ou de l'activité physique. Ce n'est pas négociable, on ne doit pas se chercher des excuses car tout le monde peut trouver 30 minutes pour faire de la marche, de la course, du vélo ou monter les escaliers".

Il faut bouger son corps car sinon on est en danger de santé publique

Tony Estanguet
Partager la citation

"Il faut bouger son corps car sinon on est en danger de santé publique", alerte le triple champion olympique de canoë. Paris 2024 a donc mis en place un programme spécifique pour l'Éducation nationale, que plusieurs établissements scolaires appliquent depuis quelques mois.

À lire aussi
société
Coronavirus : 38% des Français ont réduit le sport pendant le confinement

C'est le cas de à l'école Paul Bert de Nogent-sur-Marne, où la directrice a directement adhéré au projet : "Il y a quatre activités, courir-lancer-sauter-danser, avec des fiches extrêmement bien détaillées faîtes de consignes simples et de dessins montrant les exemples, qui sont accessibles à n'importe quel enseignant".

Cette expérience ne fait que répondre aux besoin des enfants

Clémence, professeure des écoles en CP
Partager la citation

Clémence, professeure des écoles en CP, privilégie l'après-midi, au retour de la cantine, pour effectuer ces activités, car c'est plus facile de capter l'attention des élèves ensuite en classe. "Ils sont plus concentrés car ils ont bougé. Les journées sont longues pour un enfant. Devoir tenir six heures dans une salle de classe, c'est compliqué. Cette expérience ne fait que répondre aux besoin des enfants".

La directrice va même plus loin et estime que "ça met un climat de classe beaucoup plus fédérateur et convivial. Il y a beaucoup moins de tension parce qu'on joue ensemble, et cela permet aussi la mixité filles-garçons". Le bénéfice de cette expérience est que les enfants réclament à leurs parents de bouger aussi le week-end.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société JO 2024 Enseignants
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants